Gabriel Améyi : « Harmonie et sérénité »

05/11/2010
Gabriel Améyi : « Harmonie et sérénité »

Les dirigeants du football togolais réunis depuis vendredi matin à l’Hôtel Sarakawa de Lomé ont élu Gabriel Améyi (photo) à la tête de la Fédération togolaise de football (FTF). Il a obtenu 33 voix.

M. Améyi est l'ancien premier vice-président de la FTF. Il avait face à lui deux autres candidats, Tétè Amouzou (0 voix), président du club de l'ASFOSA et Essoyaba Boukpessi (19 voix), ancien 2e vice-président de la Fédération.

Cette élection devrait mettre un terme à la crise qui secoue le monde du football depuis plusieurs années.

Aussitôt après sa victoire, Gabriel Améyi a dévoilé les grands chantiers auxquels il veut rapidement s’attaquer.

Il entend relancer très rapidement l’ensemble des championnats et des Coupes et faire du foot togolais une discipline compétitive, professionnelle et de haut niveau.

Pour atteindre cet objectif, M. Améyi veut mettre un accent particulier sur la réconciliation de tous les acteurs qui concourent à l’édification du football au Togo. « Ce que nous voulons, c’est l’harmonie et la sérénité », a-t-il dit.

Le ministre des Sports, Christophe Tchao a félicité le bureau élu et l’a encouragé à travailler en synergie avec tous les autres acteurs du football.

Composé de 12 membres, le Bureau exécutif de la FTF est élu pour un mandat de quatre ans.

Voir la vidéo

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Ca va être compliqué

Sport

Le sélectionneur des Eperviers, Claude Leroy multiplie les séances d’entrainement avant la rencontre contre l’Algérie le 18 novembre prochain.

La chanson de Bella Bellow résonne puissamment

Culture

'Blewu' de l'artiste togolaise Bella Bellow a rythmé les cérémonies de commémoration du centenaire de l'armistice dimanche à Paris.

D1 : nouveau leader

Sport

Sara FC de Bafilo a pris la tête du championnat de D1 à l’issue de la 7e journée disputée dimanche.

Faux médicaments : 85 tonnes saisies au premier trimestre

Santé

Les chiffres à eux seuls donnent une idée de l’ampleur du problème. Plus de 85 tonnes de médicaments contrefaits ont été saisis au premier trimestre 2018.