Service de luxe pour clientèle exigeante

10/12/2012
Service de luxe pour clientèle exigeante

Pour les hommes d’affaires étrangers, circuler à Lomé n’est pas toujours facile. Les chanceux ont un véhicule avec chauffeur fourni par leur partenaire local. Pour les autres, deux solutions, prendre un taxi-ville, pas confortable et sans climatisation ou se rabattre sur les taxis des hôtels, chers et ne disposant pas toujours de véhicules confortables. 

Mais les choses sont en train de changer.

Une société de location de voitures avec chauffeurs vient de se créer à Lomé. Elle dispose de 4X4 climatisés et assurés (Toyota, Mitsubishi, Range Rover) et les conducteurs subissent des tests afin de vérifier leur connaissance de la capitale et du Togo en général. On leur demande d’avoir un GPS dans le cerveau pour amener leur client à bon port. 

Barka Transtour, c’est son nom, ne se limite pas à Lomé ; elle peut conduire ses passagers au Nord, au Burkina, au Niger, au Ghana ou en Côte d’Ivoire.

Autre innovation, les clients disposent d’un service de conciergerie. Réservation d’un restaurant, confirmation d’un billet d’avion, fourniture d’un téléphone cellulaire, tout est fait pour rendre le séjour plus facile à une clientèle pressée et exigeante.

BARKA TRANSTOUR

Contact : +(228) 90 98 81 26

Mail : barkatour@yahoo.com

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

La chanson de Bella Bellow résonne puissamment

Culture

'Blewu' de l'artiste togolaise Bella Bellow a rythmé les cérémonies de commémoration du centenaire de l'armistice dimanche à Paris.

D1 : nouveau leader

Sport

Sara FC de Bafilo a pris la tête du championnat de D1 à l’issue de la 7e journée disputée dimanche.

Faux médicaments : 85 tonnes saisies au premier trimestre

Santé

Les chiffres à eux seuls donnent une idée de l’ampleur du problème. Plus de 85 tonnes de médicaments contrefaits ont été saisis au premier trimestre 2018.

Savoir doser la prise d'antibiotiques

Santé

L’emploi inapproprié et massif des antibiotiques allié au manque d’information des médecins contribuent au développement de la résistance microbienne.