Justice américaine et traditions africaines

09/12/2010
Justice américaine et traditions africaines

Ce qui est considéré en Europe ou aux Etats-Unis comme un trafic d’êtres humains ou de l’esclavage moderne n’a pas le même sens en Afrique.
C’est l’argument développé par l’avocat américain Bukie Adetula.
M. Adetula a comme cliente une togolaise, Akouavi Kpade Afolabi, condamné il y a quelques mois à 24 ans de prison pour avoir fait venir illégalement du Togo une vingtaine de jeunes filles qui travaillaient sans salaires dans ses salons de coiffure du New Jersey.
Le juge a estimé qu’il s’agissait clairement d’esclavage moderne. Ce n’est pas l’avis de l’avocat qui fait référence aux traditions africaines, d’aide et de protection à des compatriotes en grande difficulté dans leur pays d’origine.
Un acte de générosité selon Bukie Adetula ; peut être. Mais alors, pourquoi Mme Afolabi avait-elle retiré aux jeunes filles leur passeport leur interdisant également de sortir et de téléphoner ?
L’avocat - lui-même d’origine nigériane - plaide que la culture américaine est bien différente de certaines traditions africaines ; des différences que la justice doit nécessairement prendre en compte.
Reste à demander l’avis des malheureuses victimes.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Mauvaise chute

Sport

Les Eperviers du Togo chutent lourdement au dernier classement FIFA publié jeudi. Cinq points de moins.

Le pape du riz hybride va accueillir de nouveaux stagiaires

Coopération

L’université agronomique de Changsha (Chine) va proposer un nouveau cycle de formation aux agriculteurs togolais.

L'enquête avance

Justice

L’enquête avance concernant le lynchage et l’assassinat de deux soldats à Sokodé dans la nuit du 16 au 17 octobre 2017.

Un festival qui a de la tenue

Culture

Le FIMO228, le Festival international de la mode au Togo, aura lieu du 20 au 25 février à Lomé, a indiqué mercredi son concepteur Jacques Logoh.