Justice américaine et traditions africaines

09/12/2010
Justice américaine et traditions africaines

Ce qui est considéré en Europe ou aux Etats-Unis comme un trafic d’êtres humains ou de l’esclavage moderne n’a pas le même sens en Afrique.
C’est l’argument développé par l’avocat américain Bukie Adetula.
M. Adetula a comme cliente une togolaise, Akouavi Kpade Afolabi, condamné il y a quelques mois à 24 ans de prison pour avoir fait venir illégalement du Togo une vingtaine de jeunes filles qui travaillaient sans salaires dans ses salons de coiffure du New Jersey.
Le juge a estimé qu’il s’agissait clairement d’esclavage moderne. Ce n’est pas l’avis de l’avocat qui fait référence aux traditions africaines, d’aide et de protection à des compatriotes en grande difficulté dans leur pays d’origine.
Un acte de générosité selon Bukie Adetula ; peut être. Mais alors, pourquoi Mme Afolabi avait-elle retiré aux jeunes filles leur passeport leur interdisant également de sortir et de téléphoner ?
L’avocat - lui-même d’origine nigériane - plaide que la culture américaine est bien différente de certaines traditions africaines ; des différences que la justice doit nécessairement prendre en compte.
Reste à demander l’avis des malheureuses victimes.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Caractère imprescriptible des actes de torture

Justice

La torture vise à briser la personnalité de la victime et constitue une négation de la dignité inhérente à l'être humain. 

Le foot togolais achève sa convalescence

Sport

Le congrès de la Fédération togolaise de football (FTF) s’est déroulé samedi à Kara (nord du Togo).

Coup de pouce aux cantines scolaires

Développement

Orabank-Togo a remis un chèque de près de 15 millions de Fcfa pour appuyer le programme de cantines scolaires. 

La mode africaine en vedette à Denver

Culture

The African Fashion Show aura lieu ce dimanche à Denver (Colorado). Six designers africains sont attendus parmi lesquels un Togolais.