Formation et guidage sur cible

22/01/2019
Formation et guidage sur cible

Les militaires togolais en cours de formation

Douze jeunes fusiliers togolais viennent d’achever une formation de 2 semaines aux procédures de visite d’un navire en mer. Profitant de l’expérience d’un détachement de marins des éléments Français du Sénégal, l’équipe togolaise a appris les techniques élémentaires d’intervention opérationnelle rapprochée, de progression en milieu clos, de montée à bord, et d’articulation sur le pont du navire visité.

Ce stage à peine achevé, la Préfecture maritime et la Marine nationale ont participé au premier exercice NeMO de l’année 2019. 

D'après les informations communiquées mardi par l'ambassade de France à Lomé, le patrouilleur togolais OTI a bénéficié d’un guidage sur cible par un avion de patrouille maritime français Falcon 50, venu de Dakar. 

Ce soutien aérien a prouvé l’efficacité du couple avion-patrouilleur pour optimiser les interventions en mer. 

Le contrevenant, interprété par le patrouilleur de haute mer Commandant Blaison, a glissé volontairement de nombreuses péripéties dans le scénario d’exercice pour tester l’équipe de visite togolaise sans toutefois parvenir à déjouer sa vigilance.

Ce genre d’exercices tombe à point nommé. En effet l’acte de piraterie perpétué le 2 janvier dernier dans les eaux béninoises rappelle que la maitrise des eaux est capitale pour la sécurité maritime de tous.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Une stratégie bien définie

Santé

‘Le Togo est un pays qui a une vision très claire sur le développement de la santé'. 

‘Tomorrow rural Home’ version togolaise

Développement

La ‘communauté connectée de demain’ a été lancée mercredi à Sikpe-Afidegnon (préfecture de Yoto).

Teolis en phase de forte expansion

Tech & Web

Teolis, le fournisseur d’accès à Internet (FAI), a considérablement développé ses services depuis le lancement de ses activités il y a un an.

L'esprit sportif de Claude Le Roy

Sport

Depuis l’élimination des Eperviers de la Coupe d’Afrique des Nations 2019, les Togolais cherchent des responsables à leur malheur.