Projet novateur

04/04/2018
Projet novateur

Reste à boucler le financement

Le Togo a fait des progrès significatifs dans la concrétisation de son programme de d’agropoles (PRODAT) et de création d’une zone de transformation agro-alimentaire dans le bassin de la Kara.

Ce satisfecit n’émane pas d’un officiel togolais ; ce sont les conclusions d’une mission d’experts de la Banque africaine de développement (BAD) en séjour dans le pays.

Les représentants de la BAD, mais aussi de la BOAD et de la Corée du Sud (via la Saemaul Globalization Foundation), ont été reçus mercredi par le Premier ministre Komi Selom Klassou. 

Le gouvernement veut promouvoir l’essor des  industries  de  transformation, seul moyen de développer le secteur agricole.

La mission d'experts mercredi chez le Premier ministre

Le plan stratégique de développement prévoit l’implantation de 10 technopoles agro-alimentaires à travers le pays

La zone du bassin de la Kara (Nord) en constitue la première étape et sert de projet pilote.

L’investissement est de 64 milliards de Fcfa. L’Etat apporte à la cagnotte 6 milliards, le reste devra être trouvé auprès par des investisseurs privés togolais et étrangers et des partenaires comme la BAD.

L’agriculture contribue à hauteur de 32% au PIB net, un véritable moteur de croissance et un instrument efficace de lutte contre la pauvreté.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

La chanson de Bella Bellow résonne puissamment

Culture

'Blewu' de l'artiste togolaise Bella Bellow a rythmé les cérémonies de commémoration du centenaire de l'armistice dimanche à Paris.

D1 : nouveau leader

Sport

Sara FC de Bafilo a pris la tête du championnat de D1 à l’issue de la 7e journée disputée dimanche.

Faux médicaments : 85 tonnes saisies au premier trimestre

Santé

Les chiffres à eux seuls donnent une idée de l’ampleur du problème. Plus de 85 tonnes de médicaments contrefaits ont été saisis au premier trimestre 2018.

Savoir doser la prise d'antibiotiques

Santé

L’emploi inapproprié et massif des antibiotiques allié au manque d’information des médecins contribuent au développement de la résistance microbienne.