Les mouvements jihadistes armés avancent comme le désert

29/12/2019
Les mouvements jihadistes armés avancent comme le désert

Spectre de la contagion jihadiste

Le constat dressé par l’International Crisis Group (ICG) est inquiétant.

L’expansion des militants islamistes au Sahel, en particulier au Burkina Faso, préoccupe de plus en plus les Etats côtiers d’Afrique de l’Ouest. Leurs dirigeants craignent que les militants ne puissent utiliser le Burkina comme rampe de lancement pour des opérations plus au sud, explique ce centre d’études géostratégiques dans le rapport qu’il vient de publier.

En Afrique de l’Ouest, les mouvements jihadistes armés avancent comme le désert, du nord vers le sud. 

Le spectre de la contagion du jihadisme au Golfe de Guinée hante l’Afrique de l’Ouest. L’expansion rapide du militantisme islamiste au Burkina Faso a considérablement accentué cette inquiétude, souligne ICG.

Ce pays occupe en effet une position centrale, reliant le Sahel aux pays côtiers et partageant des frontières avec quatre d’entre eux : le Bénin, la Côte d’Ivoire, le Ghana et le Togo. 

Le Burkina entretient aussi des relations historiques, humaines, économiques et politiques particulières avec ses voisins méridionaux. 

Tout ceci en fait une porte ouverte sur le Golfe de Guinée. 

Désormais implantés au Burkina, les groupes jihadistes occupent une position idéale pour se projeter vers le sud, prévient ICG.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Dossevi est parfaitement centré

Sport

L'international togolais Mathieu Dossevi, qui évolue à Toulouse FC (Club français de D1),  totalise le plus de centre du championnat.

Mobilisation de l'OOAS

Cédéao

La Cédéao continue de suivre avec une grande attention l’évolution de la pandémie de Coronavirus.

Covid : faites votre propre diagnostic

Santé

Une appli vient d’être lancée qui permet de savoir, à partir des symptômes décrits dans une liste de questions, si on est porteur ou non du coronavirus.

Mobilisation de l'Agence de développement de l'UA

Santé

La pandémie du coronavirus met actuellement à rude épreuve les systèmes de santé africains.