Cacao : réconcilier des intérêts parfois divergents

30/05/2012
Cacao : réconcilier des intérêts parfois divergents

Les députés togolais viennent de donner quitus au gouvernement pour ratifier l’accord international sur le cacao. Ce document, d’une validité de 10 ans, est censé rendre le commerce de cette denrée plus juste et durable.

L’objectif est de fournir un moyen de réconcilier les intérêts parfois conflictuels des producteurs de cacao, des exportateurs, des pays importateurs et des multinationales qui transforment les fèves de cacao.

L’accord international, qui est basé sur un consensus parmi les parties, abandonne les mécanismes régulateurs tels que les quotas de production, les stocks tampon et d’autres mesures de soutien des prix. Toutefois, les faibles revenus des petits producteurs sont largement reconnus comme étant le défi le plus important pour l’économie mondiale du cacao. 

Pour la CNUCED ( Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement), parrain de l’accord, les prix doivent être suffisamment rémunérateurs pour les producteurs, et la production plus efficace, afin de leur garantir un revenu décent.

Messan Ewovor, le ministre de l’Agriculture, explique que la ratification par le Togo de l’accord international sur le cacao va permettre de bénéficier d’un instrument de coopération internationale nord-sud qui reflète la volonté de ses parties contractantes de faire collectivement front aux enjeux et aux défis de la nouvelle configuration de l’économie cacaoyère mondiale ».

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les pays de la Cédéao n'en font pas assez

Santé

Le Togo consacre 8% de son budget au secteur de la santé. Ce n'est pas le cas des autres pays de la région.

Il faut encourager la pharmacopée traditionnelle

Santé

Les plantes médicinales ont une vraie valeur thérapeutique. Mais attention aux charlatans.

Une question environnementale et de santé publique

Environnement

Le Togo ne dispose pas encore d’une stratégie de gestion et de traitement des produits chimiques et des déchets dangereux. C’est un vrai problème et une question environnementale.

Socle commun et partenariats régionaux

Coopération

Les négociations se poursuivent à Bruxelles depuis le mois de septembre entre le groupe des pays ACP et l'Union européenne afin de parvenir à un nouvel accord de coopération.