Un nouveau modèle économique pour les universités du Togo

29/03/2017
Un nouveau modèle économique pour les universités du Togo

Octave Nicoué Broohm

Les deux grandes universités publiques du Togo (Lomé et Kara) accueillent chaque année de plus de plus d’étudiants et les exigences en matière de formation sont énormes. Problème, l’Etat n’a pas les moyens de répondre aux nécessaires évolutions du secteur.

Les frais d’inscription de 22.000 Fcfa par an ne suffisent pas à couvrir les frais de fonctionnement et les investissements dans l’enseignement et les équipements.

Une réalité que ne conteste pas Octave Nicoué Broohm, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

‘En dépit des efforts fournis, l’Etat éprouve des difficultés pour offrir aux jeunes des conditions valorisantes de formation’, a-t-il expliqué mercredi.

Outre le recours aux partenaires techniques et financiers, le ministre préconise la mise en place d’un nouveau modèle économique pour les universités du Togo.

‘Les frais de scolarité devront être progressivement revus à la hausse’, a-t-il indiqué.

D’autres pistes sont également envisagées pour offrir à la fois des structures de qualité et un enseignement de haut niveau. C’est une réflexion en profondeur qu’a lancé le ministère de tutelle en étroite concertation avec les responsables universitaires. 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Ca va être compliqué

Sport

Le sélectionneur des Eperviers, Claude Leroy multiplie les séances d’entrainement avant la rencontre contre l’Algérie le 18 novembre prochain.

La chanson de Bella Bellow résonne puissamment

Culture

'Blewu' de l'artiste togolaise Bella Bellow a rythmé les cérémonies de commémoration du centenaire de l'armistice dimanche à Paris.

D1 : nouveau leader

Sport

Sara FC de Bafilo a pris la tête du championnat de D1 à l’issue de la 7e journée disputée dimanche.

Faux médicaments : 85 tonnes saisies au premier trimestre

Santé

Les chiffres à eux seuls donnent une idée de l’ampleur du problème. Plus de 85 tonnes de médicaments contrefaits ont été saisis au premier trimestre 2018.