Le new look du phosphate togolais

31/05/2007
Le new look du phosphate togolais

Avec la création de la Société nouvelle des phosphates du Togo (SNPT), c'est un pas décisif que le Togo vient de franchir dans la rénovation de sa production phosphaterai. Une réappropriation des ressources nationales aussi importante que celle qu'e Gnassingbé Eyadema avait réalisée en nationalisant la Compagnie togolaise des mines du Benin en 1974 et en créant l'Office togolais des phosphates (OTP).

Depuis, de la mauvaise eau a coulé sous les ponts. Sous la pression des instances financières internationales le Togo a privatisé cinquante pour cent des phosphates en créant l'IFG. Mais il s'est agi d'une privatisation ratée. Le partenaire tunisien n'avait ni la compétence, ni les moyens financiers de ses ambitions.Le déclin de la production phosphatière s'est accéléré. La dégradation des instruments de travail était telle qu'il faut rendre hommage aux 2500 employés qui par leur travail et leur acharnement ont évité l'arrêt total de la production.

Il n'empêche celle-ci avait baissé de moitié et la principale ressource d'exportation du Togo ne pouvait plis procurer les devises dont le pays avait tant besoin. C'est donc un acte courageux et volontariste que le Président Faure a initié.

 Il conviendra à présent de tirer tous les enseignements du passé pour qu'une  gestion claire et transparente marque le renouveau du phosphate togolais.

Koffi Souza

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

La menace B et C

Santé

L’hépatite B et C est toujours très active dans le pays. Le taux d’infection serait de 15%.

Anticiper une sortie de crise sanitaire

Développement

Le pouvoir togolais pense déjà à l’après-pandémie et il a raison.

Changement des comportements et des mentalités

Environnement

Le Togo est confronté à des inondations récurrentes. Il y a les changements climatiques, mais pas seulement.

De l'or, enfin

Sport

Clarisse Agbégnénou s'est imposée en finale des 63 kg face à la Slovène Tina Trstenjak mardi à Tokyo.