Aide juridictionnelle : appui des Etats-Unis

29/06/2013
Aide juridictionnelle : appui des Etats-Unis

Les Etats-Unis entendent s’associer aux tentatives des autorités togolaises pour désengorger les prisons togolaises. Certains détenus, en attente de jugement pour des faits mineurs, pourraient bénéficier d’une mise en liberté provisoire s’ils étaient en mesure d’avoir un avocat.

Et c’est justement l’objectif du Programme des droits des personnes incarcérées qui prévoit une aide juridictionnelle gratuite (honoraires et frais de justice). 

Robert Whitehead (photo), l’ambassadeur des Etats-Unis au Togo vient de remettre un chèque de 20 millions de Fcfa au Barreau du Togo

«Mon pays apporte son aide au désengorgement des prisons. La chaîne judiciaire fonctionne lentement, des détenus passent du temps en prison sans jamais être condamnés », a indiqué le diplomate.

Avec cette subvention, accordée par le Fonds pour la démocratie et les droits de l’homme, 300 dossiers de détenus vont retourner devant le juge des libertés. 56 avocats seront mobilisés pour cette opération.

«Les détenus passibles de peines légères constituent le contingent le plus important de la population carcérale. Ils pourront bénéficier de l’assistance d’un avocat et une attention particulière sera accordée aux  dossiers des détenus oubliés », a précisé Dopé Ekoué-Kouvahey, présidente du Barreau du Togo.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Ca va être compliqué

Sport

Le sélectionneur des Eperviers, Claude Leroy multiplie les séances d’entrainement avant la rencontre contre l’Algérie le 18 novembre prochain.

La chanson de Bella Bellow résonne puissamment

Culture

'Blewu' de l'artiste togolaise Bella Bellow a rythmé les cérémonies de commémoration du centenaire de l'armistice dimanche à Paris.

D1 : nouveau leader

Sport

Sara FC de Bafilo a pris la tête du championnat de D1 à l’issue de la 7e journée disputée dimanche.

Faux médicaments : 85 tonnes saisies au premier trimestre

Santé

Les chiffres à eux seuls donnent une idée de l’ampleur du problème. Plus de 85 tonnes de médicaments contrefaits ont été saisis au premier trimestre 2018.