Retour en terre togolaise

01/02/2007
Retour en terre togolaise

Le chef de l'Union des forces de changement (UFC, opposition radicale), Gilchrist Olympio, qui vit en exil volontaire à Paris est attendu le 2 février au Togo pour prendre part au Conseil national de son parti prévu les 3 et 4 févvrier à Lomé. 

"M. Olympio arrive à Lomé par la frontière ghanéenne, Aflao, aux environs de 14 heures. Il présidera l'ouverture, la clôture et les travaux du Conseil national. Dans l'après-midi du dimanche 4 février, il animera un meeting probablement à la Place Fréau à Lomé", a précisé le 3ème vice-président de l'UFC, Patrick Lawson. M. Olympio va ensuite se rendre à l'intérieur du pays, précisément à Aného (Sud-Ouest), Atakpamé (Centre), Sokodé et Mango (Nord), affectées par les violences lors de la présidentielle de 2005 "pour réconforter ceux qui sont tombés, blessés ou perdu leurs biens", selon M. Lawson. 

L'UFC, qui a décliné des postes ministériels après la nomination de l'opposant Yaovi Agboyibo comme Premier ministre du Gouvernement d'union nationale suite aux accords politiques de Ouagadougou en août 2006, va profiter de son Conseil national pour "mettre en ordre de bataille les militants dans le cadre de la tenue des prochaines élections législatives", prévues en 2007. 

M. Olympio regagnera la France après son court séjour en terre togolaise.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Incendie maîtrisé à l'université de Lomé

Faits divers

Un incendie s’est déclaré lundi dans le bâtiment accueillant la faculté des sciences économiques et de gestion à Lomé.

Les intempéries font 3 victimes

Faits divers

Les fortes pluies qui se sont abattues dans la nuit de samedi à dimanche sur Lomé et sa périphérie ont causé la mort de 3 personnes.

Début de l'exercice Obangame Express

Coopération

Un exercice naval dénommé Obangame Express, assuré par les forces navales américaines en Afrique (NAVAF), a débuté vendredi avec la participation du Togo.

Interdits à la vente

Santé

Quatre médicaments importés ont été retirés de la vente. Le ministère de la Santé invoque des raisons commerciales.