Une question de priorité

18/11/2012
Une question de priorité

Le président de la coalition Arc en ciel, qui regroupe plusieurs formations de l’opposition, a expliqué les raisons du retrait du dialogue politique, quelques heures après son ouverture vendredi. 

«En limitant les discussions au seul  processus électoral, le pouvoir  n’a pas pris en compte les préoccupations des populations relatives aux réformes constitutionnelles et institutionnelles », a déclaré Paul Dodji Apévon, le leader du mouvement.

Et le politicien d’affirmer que « Face à cette obstruction délibérément orchestrée par le pouvoir au dialogue franc et sincère que réclame l’opposition, la Coalition Arc-en-ciel a été obligée de se retirer pour laisser le pouvoir face à ses responsabilités ».

On rappellera à M. Apévon que c’est lui et ses amis qui depuis le mois de juin ont toujours refusé le dialogue proposé par le gouvernement avant finalement de changer d’avis vendredi dernier.

S’agissant du contenu des discussions, le Togo se doit d’organiser des élections législatives afin de respecter le cadre constitutionnel. Il est donc normal que le dialogue porte d’abord sur le processus électoral. Cette démarche n’a rien de choquante, comme l’affirme le chef du CAR.

En photo : Gilbert Bawara, le ministre de l'Administration territoriale (gauche) et Paul Dodji Apévon (archive)

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Ca va être compliqué

Sport

Le sélectionneur des Eperviers, Claude Leroy multiplie les séances d’entrainement avant la rencontre contre l’Algérie le 18 novembre prochain.

La chanson de Bella Bellow résonne puissamment

Culture

'Blewu' de l'artiste togolaise Bella Bellow a rythmé les cérémonies de commémoration du centenaire de l'armistice dimanche à Paris.

D1 : nouveau leader

Sport

Sara FC de Bafilo a pris la tête du championnat de D1 à l’issue de la 7e journée disputée dimanche.

Faux médicaments : 85 tonnes saisies au premier trimestre

Santé

Les chiffres à eux seuls donnent une idée de l’ampleur du problème. Plus de 85 tonnes de médicaments contrefaits ont été saisis au premier trimestre 2018.