La corruption peut se soigner

04/06/2019
La corruption peut se soigner

La caisse centrale du CHU de Lomé

La lutte contre la corruption est un combat de longue haleine. Il faudra des années, voire des décennies, pour s’en débarrasser.

En attendant, les pouvoirs publics font ce qu’il peuvent pour enrayer ce fléau, notamment dans l’administration et les services publics. Le secteur de la santé n’est pas épargné.

Au CHU de Lomé, le plus important hôpital du pays, la corruption est endémique. Mais avec la mise en place d’une gestion externe, les choses s’améliorent.

Les patients et leurs familles sont invités à ne payer qu’à la caisse centrale de l’établissement. Plus question de glisser un billet au médecin ou aux infirmières. En du moins en théorie.

La contractualisation des hôpitaux permet de limiter la corruption et de disposer ainsi de plus de moyens pour offrir des soins de qualité. Au final, tout le monde est gagnant.

100.000 consultations sont réalisées chaque année au CHU Sylvanus Olympio.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

‘La France est convaincue de l’efficacité du volontariat'

Développement

La IXe édition de la Journée du Volontariat Français (JVF) s’est déroulée en fin de semaine à Lomé.

Le Niger a recours à l'expertise togolaise

Coopération

Des collaborateurs de la Société d’exploitation des eaux du Niger vont être formés au Togo.

Contre le Cap Vert, les Eperviers broient du noir

Sport

Le Togo a été battu par le Cap Vert (2-1) en match amical jeudi à Marseille (Sud de la France).

Plate-forme inclusive à Nairobi

Développement

Cette année marque le 25e anniversaire de la Conférence internationale sur la population et le développement (CIPD).