La corruption peut se soigner

04/06/2019
La corruption peut se soigner

La caisse centrale du CHU de Lomé

La lutte contre la corruption est un combat de longue haleine. Il faudra des années, voire des décennies, pour s’en débarrasser.

En attendant, les pouvoirs publics font ce qu’il peuvent pour enrayer ce fléau, notamment dans l’administration et les services publics. Le secteur de la santé n’est pas épargné.

Au CHU de Lomé, le plus important hôpital du pays, la corruption est endémique. Mais avec la mise en place d’une gestion externe, les choses s’améliorent.

Les patients et leurs familles sont invités à ne payer qu’à la caisse centrale de l’établissement. Plus question de glisser un billet au médecin ou aux infirmières. En du moins en théorie.

La contractualisation des hôpitaux permet de limiter la corruption et de disposer ainsi de plus de moyens pour offrir des soins de qualité. Au final, tout le monde est gagnant.

100.000 consultations sont réalisées chaque année au CHU Sylvanus Olympio.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Tirer les leçons de certains comportements

Justice

La prévalence de la justice populaire dit quelque chose du système judiciaire au Togo.

GoZem chargée 150.000 fois

Tech & Web

Lancée fin 2018,  l’application GoZem permet de réserver un taxi-moto depuis son smartphone

Méga fête le 21 juin

Culture

La Fête de la musique se déroule chaque 21 juin dans plus de 700 villes à travers le monde. Et à Lomé bien sûr.

Crises migratoires et terrorisme

Cédéao

Le Parlement de la Cédéao délocalise ses travaux dans la capitale togolaise pour parler de l'aide aux réfugiés.