On ne discute pas sous la menace

22/03/2015
On ne discute pas sous la menace

Octave Nicoué Broohm

‘La loi du désordre n’aura pas gain de cause au Togo’. Octave Nicoué Broohm, le ministre de l'Enseignement supérieur, a dénoncé dimanche au micro de Nana FM les grèves à répétition déclenchées par la Synergie des travailleurs du Togo (STT). Un mouvement qui affecte le fonctionnement normal de l’enseignement primaire et secondaire.

‘Ces grèves illégales impactent différents secteurs, notamment, l’éducation. Les élèves préparent les examens de fin d’année, ils ont besoin de calme et de concentration’, a-t-il déclaré.

Pour le ministre, le comportement de la STT n’est pas raisonnable. Il a assuré les parents d’élèves que les autorités prendraient leurs responsabilités afin que les examens se déroulent dans la sérénité.

Le gouvernement ne cèdera pas face au chantage exercé par certains syndicats, a prévenu Nicoué Broohm.

La STT qui regroupe une partie des fonctionnaires a annoncé une grève d’une semaine à partir de lundi. Elle a quitté la table des discussions avec le gouvernement et continue d’exiger des augmentations de salaires.

Des demandes qui ne pourront être examinées que dans un cadre de concertation et certainement pas sous la menace d’une grève. 

La radicalisation de cette Centrale syndicale intervient à quelques semaines de l’élection présidentielle, ce qui n’est évidemment pas un hasard.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Ca va être compliqué

Sport

Le sélectionneur des Eperviers, Claude Leroy multiplie les séances d’entrainement avant la rencontre contre l’Algérie le 18 novembre prochain.

La chanson de Bella Bellow résonne puissamment

Culture

'Blewu' de l'artiste togolaise Bella Bellow a rythmé les cérémonies de commémoration du centenaire de l'armistice dimanche à Paris.

D1 : nouveau leader

Sport

Sara FC de Bafilo a pris la tête du championnat de D1 à l’issue de la 7e journée disputée dimanche.

Faux médicaments : 85 tonnes saisies au premier trimestre

Santé

Les chiffres à eux seuls donnent une idée de l’ampleur du problème. Plus de 85 tonnes de médicaments contrefaits ont été saisis au premier trimestre 2018.