Adieu l'ami

10/04/2019
Adieu l'ami

Francis Mahiout (D)

Visage jovial, humour décapant, Francis Mahiout, décédé en début de semaine à Paris, laissera un souvenir vivace au Togo. Un pays qu’il découvre il y a près de 30 ans de façon originale.

Il fournit à l’époque aux autorités togolaises, et à d’autres pays de la région, la logistique nécessaire à l’organisation de grands sommets internationaux (Afrique-France, Cédéao, Union africaine …). Un service totalement nouveau.

Tombé amoureux du Togo et de sa population, il s’y installe avec sa fidèle épouse Michelle pour de longues périodes en se lançant dans des activités de conseil.

Il frôle la mort le 21 septembre 2000 quand le Boeing 707 présidentiel de Gnassingbé Eyadama fait un atterrissage catastrophe à l’aéroport de Niamey. L’appareil avait pris feu en vol et le pilote Michel Restout était parvenu à le poser sans faire de victimes.

Orphelin à dix-sept ans, rien ne prédisposait ce jeune homme à surmonter les obstacles qui semblaient s'être ligués contre lui. Rien, si ce n'est une ténacité à toute épreuve et une volonté farouche de s'en sortir.

Francis Mahiout est le prototype de ces antihéros issus de nulle part et pourtant parvenus à transfigurer leur destinée. 

La carcasse du 707 présidentiel à Niamey

Un périple commencé dans la rue puis sous diverses bannières militaires qui, associé à une boulimie de savoir, va le propulser aux plus hautes responsabilités. 

Celles d'un PDG de société, et d'un consultant interentreprises dont la compétence n'eut d'égale que la soif d'entreprendre. Aussi facilitée qu'elle fut par la chance, la somme de ses aventures en France comme en Afrique n'est pas cependant le seul fruit du hasard. 

C'est en puisant au creuset des vertus scoutes et légionnaires telles que la fidélité, l'entraide et l'espérance que Francis a su tirer profit de ses erreurs et repartir à chaque fois du bon pied. 

Preuve en ces temps de pessimisme que la réussite demeure à la portée de celui qui veut entreprendre. Et que, comme le souligne si justement sa chanson de prédilection, l'espérance est un authentique trésor.

Quelques jours avant son décès, Francis Mahiout avait mis en ligne le site de sa nouvelle association, ‘L’espérance solidaire’ avec un dossier consacré à la mission périlleuse des médecins togolais de la Minusma.

L’enterrement aura lieu le samedi 13 Avril a 14h à Valencay (Indre), son village natal.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les pieds dans le sable

Tech & Web

Comme chaque année, Togo Cellulaire prend possession de la plage de Lomé du 18 août au 8 septembre.

Le pays est trop dépendant des appuis extérieurs

Santé

Plus de 11 milliards de Fcfa ont été consacrés au Togo à la lutte contre le sida en 2018.

Elevage : coup de pouce de l'Etat

Développement

300 éleveurs opérant à échelle familiale viennent de recevoir une aide de l’Etat.

Pour le moment, tout est calme

Environnement

Quand les éléments s’en mêlent, l’homme est démuni.