Formation aux droits de l'homme

24/09/2007
Formation aux droits de l'homme

L'Union interparlementaire (UIP) et le Haut commissariat de l'ONU aux droits de l'homme organisent du 1er au 3 octobre à Ouagadougou un séminaire destiné à former les parlementaires d'Afrique francophone à la protection des droits de l'homme, a annoncé l'UIP lundi. Ce séminaire de trois jours vise à informer les parlementaires, dont certains viendront d'Etats lusophones et d'un pays hispanophone, "sur le système des organes conventionnels des Nations unies" relatifs aux droits de l'homme, ainsi que sur "le fonctionnement de la Commission africaine des droits de l'homme et des peuples", a précisé l'UIP dans un communiqué.

Cette rencontre "intervient dans un contexte africain nouveau marqué par le développement du multipartisme intégral et un contrôle plus assuré de l'action gouvernementale des Etats par les institutions parlementaires, la société civile et les ONG", note l'UIP qui regroupe 147 parlements nationaux.Les pays participants au séminaire de Ouagadougou sont: Bénin, Burundi, Cameroun, Cap-Vert, République centrafricaine, Côte d'Ivoire, République du Congo, République démocratique du Congo, Gabon, Guinée, Guinée-Bissau, Guinée équatoriale, Madagascar, Mali, Niger, Rwanda, Sao Tomé-et-Principe, Sénégal, Tchad, Togo.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Incendie maîtrisé à l'université de Lomé

Faits divers

Un incendie s’est déclaré lundi dans le bâtiment accueillant la faculté des sciences économiques et de gestion à Lomé.

Les intempéries font 3 victimes

Faits divers

Les fortes pluies qui se sont abattues dans la nuit de samedi à dimanche sur Lomé et sa périphérie ont causé la mort de 3 personnes.

Début de l'exercice Obangame Express

Coopération

Un exercice naval dénommé Obangame Express, assuré par les forces navales américaines en Afrique (NAVAF), a débuté vendredi avec la participation du Togo.

Interdits à la vente

Santé

Quatre médicaments importés ont été retirés de la vente. Le ministère de la Santé invoque des raisons commerciales.