Bombes à sous-munitions : conférence à Lomé

21/05/2013
Bombes à sous-munitions : conférence à Lomé

Lomé abrite du 22 au 23 mai une conférence régionale consacrée aux armes à sous-munitions et à la nécessité pour les pays africains de se doter d’une réglementation appropriée.

Techniquement, une arme à sous-munitions est une munition conventionnelle conçue pour répandre ou libérer des sous-munitions explosives, dont chacune pèse moins de 20 kilos.

Le taux de non-explosion rend les sous-munitions particulièrement dangereuses pour les civils, qui continuent d'être estropiés ou tués des années ou même des décennies après la fin des hostilités. 

Le Togo organise cette conférence en qualité d’Etat partie, en collaboration avec le Ghana et avec l’appui du gouvernement norvégien.

La Convention des Nations Unies sur les armes à sous-munitions interdit l'utilisation, la production, le transfert et le stockage des bombes de cette nature. Elle établit également des engagements importants en matière d'aide aux victimes, de déminage des zones contaminées et de destruction des stocks.

Heureusement, le Togo n’a jamais connu de guerre. Pas de risque donc de retrouver des mines et des sous-munitions enfouis dans le sol. Il est important toutefois que ce pays, comme les autres Etats africains, ratifient la convention.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Ca va être compliqué

Sport

Le sélectionneur des Eperviers, Claude Leroy multiplie les séances d’entrainement avant la rencontre contre l’Algérie le 18 novembre prochain.

La chanson de Bella Bellow résonne puissamment

Culture

'Blewu' de l'artiste togolaise Bella Bellow a rythmé les cérémonies de commémoration du centenaire de l'armistice dimanche à Paris.

D1 : nouveau leader

Sport

Sara FC de Bafilo a pris la tête du championnat de D1 à l’issue de la 7e journée disputée dimanche.

Faux médicaments : 85 tonnes saisies au premier trimestre

Santé

Les chiffres à eux seuls donnent une idée de l’ampleur du problème. Plus de 85 tonnes de médicaments contrefaits ont été saisis au premier trimestre 2018.