Brexit : dispute publique entre Tony Blair et Theresa May

16/12/2018
Brexit : dispute publique entre Tony Blair et Theresa May

Tony Blair et Theresa May (en médaillon)

La Première ministre britannique Theresa May a accusé l'ancien chef de gouvernement travailliste Tony Blair de chercher à "saper" le Brexit en appelant à un second référendum, Tony Blair l'accusant en retour d'être "irresponsable", dans une rare dispute publique, dimanche.

"Le fait pour Tony Blair d'aller à Bruxelles et de chercher à saper nos négociations en plaidant pour un deuxième référendum est une insulte envers le poste qu'il a occupé et le peuple qu'il a servi", fustige la Première ministre, dans une déclaration transmise aux médias samedi soir. 

"Nous ne pouvons pas, comme il le ferait, abdiquer la responsabilité de cette décision", ajoute Theresa May, qui a maintes fois rejeté l'option d'un second référendum sur le Brexit, défendue par plusieurs partis d'opposition, une partie du Labour, et des personnalités.

"Ce qui est irresponsable, c'est d'essayer de convaincre de force les députés d'accepter un accord qu'ils considèrent franchement comme mauvais en menaçant de quitter l'Union européenne sans accord, s'ils ne suivent pas la ligne", a riposté Tony Blair, via le compte Twitter de son cercle de réflexion, Tony Blair Institute.

Theresa May dit "se battre pour un bon accord pour le Royaume-Uni". Elle a obtenu un accord avec l'Union européenne après 17 mois de négociations difficiles, mais souhaite encore des "garanties" pour convaincre les députés britanniques, très divisés, de voter le texte.

"Je n'ai jamais perdu de vue mon devoir, à savoir mettre en oeuvre le résultat du référendum" de juin 2016, lors duquel 52% des Britanniques avaient voté pour sortir de l'UE.

Mais Tony Blair, opposé au Brexit, considère que "ni le peuple, ni le Parlement ne s'unira derrière l'accord de la Première ministre".

Il préconise que le Parlement vote sur différentes options, dont l'accord négocié par Theresa May. "Si (les députés) ne peuvent pas se mettre d'accord, ce qui est logique est de redonner la voix au peuple", argumente M. Blair.

Il s'est exprimé sur le sujet à Londres vendredi, alors que Theresa May rencontrait les dirigeants européens à Bruxelles.

"Trop de personnes veulent saboter le processus (du Brexit) pour défendre leurs propres intérêts politiques - plutôt que d'agir dans l'intérêt national", a déclaré Theresa May.

Tony Blair, retiré de la vie politique, mène depuis plusieurs années une activité de conseil privé à la tête d’une structure éponyme, le Tony Blair Institute for Global Change.

C’est à ce titre qu’il intervient comme conseil auprès de la présidence togolaise pour la formalisation du Pan national de développement (PND).

Il travaille sur des projets d’investissements prioritaires, sur la réalisation de réformes visant à améliorer le climat des affaires et sur l’opérationnalisation de la cellule présidentielle d’exécution et de suivi des projets.

La dernière visite de Tony Blair à Lomé remonte à fin novembre.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

OMS : pas de nouveau cas suspect à ce jour

Santé

Contrairement à ce qu’affirment plusieurs médias, aucun nouveau cas de fièvre Lassa n’a été détecté au Togo.

Agropoles : le Sud-Coréen Saemaul s'engage

Coopération

Des experts de la Fondation sud-coréenne Saemaul sont attendus au Togo pour accompagner la création de l'agropole de Kara.

Des vies sauvées

Santé

Le Centre national de transfusion sanguine (CNTS) vient de tirer le sonnette d'alarme. Le Togo manque de sang.

Le Togo décroche un prêt de 15 millions de dollars

Coopération

Un prêt de 15 millions de dollars a été accordé au Togo pour la construction d'une centrale solaire photovoltaïque.