Commerce, sécurité et Darfour au centre des entretiens Atta Mills-Gnassingbé

09/04/2009
Commerce, sécurité et Darfour au centre des entretiens Atta Mills-Gnassingbé

Le président ghanéen John Atta Mills a regagné Accra mercredi soir au terme d'une visite de quelques heures au Togo. Après un entretien en tête à tête avec son homologue Faure Gnassingbé, les discussions ont été élargies aux deux délégations. Un dîner officiel a clôturé la visite. Interrogé  à Accra par republicoftogo.com, Mohammed Mumuni, le ministre ghanéen des Affaires étrangères et du Nepad, a expliqué que John Atta Mills avait remercié le président Faure Gnassingbé pour son soutien lors de l'investiture et pour la volonté exprimée de renforcer la coopération bilatérale. Selon le ministre, les deux leaders ont évoqué les questions relatives au commerce, au transport et à la sécurité.

 

S'agissant de la politique étrangère, MM. Atta Mills et Gnassingbé ont abordé les dossiers du Darfour avec le mandat d'arrêt lancé contre le président El-Béchir par la Cour pénale internationale (CPI), de la Guinée Bissau, du nécessaire retour à l'ordre constitutionnel à Madagascar et de la stabilité politique au Zimbabwe.Enfin, sur la crise financière internationale, les présidents du Ghana et du Togo se sont déclarés optimistes quant à la volonté de la communauté internationale d'éviter un effondrement de l'économie mondiale.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Un épisode héroïque

Coopération

La cérémonie marquant le 149e anniversaire des combats de Bazeilles s’est déroulée le 13 septembre dernier à l’ambassade de France.

Josiane Yaguibou a pris ses fonctions

Coopération

Le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) a un nouveau représentant au Togo.

L'avenir des femmes ce sont les hommes

Santé

Depuis de nombreuses années, les bailleurs de fonds et les gouvernements concentrent leur attention sur la planification familiale en Afrique de l’Ouest.

Travail décent : accord signé avec l'OIT

Social

Une convention a été signée mardi entre le gouvernement et l’organisation internationale du travail (OIT).