Fin des grandes manoeuvres

21/02/2008
Fin des grandes manoeuvres

La ville de Tsévié a vécu jeudi une ambiance particulière. Les manoeuvres militaires baptisées "Zio 2008", commencées depuis le 11 février dans la région maritime, ont connu leur apothéose dans cette localité avec la démonstration tactile suivie du défilé militaire et civile sur la nationale N°1.

Le Chef de l'Etat Faure Gnassingbé ainsi que le Premier ministre Komlan Mally ont assisté à ce défilé militaire.Le président de la l'Assemblée nationale Abass Bonfoh, ainsi que plusieurs ministres étaient présents à ce défilé retransmis en direct par la Télévision nationale (TVT).

Plusieurs milliers de personnes pour la plupart des curieux s'étaient massés le long de la route pour suivre le défilé.

Selon le rapport qui lui a été présenté par le service de santé des Forces armées togolaise (FAT), plus de 8.000 personnes ont bénéficié des soins médicaux gratuits (toutes maladies confondues) au cours de ces manoeuvres tandis que 6000 certificats de naissance ont été délivrés aux enfants de la région. Les militaires ont également effectué des travaux de réfection dans plusieurs écoles et des rues défoncées par les pluies ont été refaites.

Le Président de la République a été informé des différentes activités menées par les militaires au cours de ces manoeuvres.

Cinq officiers supérieurs des armées togolaise, béninoise et française ont été décorés par Faure Gnassingbé peu avant ce défilé.

Le bateau français Tonnerre qui a participé à l'exercice quittera Lomé demain pour une nouvelle mission.

"Je suis très content d'avoir participé à ces manoeuvres. Car j'ai appris beaucoup de choses. Maintenant, je suis prêt pour le Darfour", a confié à Republicoftogo.com, un militaire béninois.

« Zio 2008 » a rassemblé environ 1.200 militaires togolais, béninois et français ; il vise à préparer les troupes de ces pays qui seront déployées au Darfour dans le cadre de la force hybride Onu/UA (Minuad)

Le Togo enverra 800 soldats dans la province soudanaise, en proie depuis près de cinq ans à un conflit qui a fait quelque 200.000 morts, selon des organisations internationales, et entraîné le déplacement de 2,2 millions de personnes.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Sous les verrous

Faits divers

La police a mis la main mardi sur un groupe d’individus responsable d’un braquage il y a quelques jours à Lomé.

Creuser très profond

Environnement

Les forages ne garantissent pas l’obtention d’une eau potable.

Un scandale environnemental

Environnement

La rivière Eké qui traverse Atakpamé est polluée. La faute aux mauvaises pratiques des habitants.

Partir en voyage, c'est possible

Tourisme

C’est le moment de voyager. L’aéroport de Lomé est ouvert au trafic commercial.