Une coopération jamais remise en cause

20/09/2007
Une coopération jamais remise en cause

Après Beijing, Lomé. Pour marquer le 35e anniversaire de l'établissement de relations diplomatiques entre le Togo et la Chine, le ministre des Affaires étrangères togolais, Zarifou Ayéva, a convié mercredi soir l'ambassadeur de Chine, Yang Min et le corps diplomatique accrédité à une réception dans ses locaux. Mercredi, une manifestation du même type s'était déroulée dans la capitale chinoise (voir nos précédentes éditions).

Le chef de la diplomatie togolaise a rappelé l'excellence des relations entre les deux pays marquée par une active coopération dans les domaines politiques et économiques.L'aide de Pékin est multiforme : santé, éducation, infrastructures, etc… Mais ce qui est également nouveau, c'est l'implantation d'entreprises privées chinoises au Togo et la création d'un vrai courant d'affaires. Une réalité qui coïncide avec l'offensive économique chinoise un peu partout sur le continent africain.

L'initiateur de ces relations sino-togolaises fut le président Gnassingbé Eyadema (décédé en 2005). Le nouveau chef de l'Etat, Faure Gnassingbé, a suivi le chemin tracé depuis ce 19 septembre 1972.

En photo © Xinhua : l'ambassadeur de Chine au Togo, Yang Min, et le ministre des AE togolais, Zarifou Ayéva

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Incendie maîtrisé à l'université de Lomé

Faits divers

Un incendie s’est déclaré lundi dans le bâtiment accueillant la faculté des sciences économiques et de gestion à Lomé.

Les intempéries font 3 victimes

Faits divers

Les fortes pluies qui se sont abattues dans la nuit de samedi à dimanche sur Lomé et sa périphérie ont causé la mort de 3 personnes.

Début de l'exercice Obangame Express

Coopération

Un exercice naval dénommé Obangame Express, assuré par les forces navales américaines en Afrique (NAVAF), a débuté vendredi avec la participation du Togo.

Interdits à la vente

Santé

Quatre médicaments importés ont été retirés de la vente. Le ministère de la Santé invoque des raisons commerciales.