Douche froide pour Moov

12/01/2007
Douche froide pour Moov

Après un lancement en fanfare la semaine dernière, l'opérateur de téléphonie cellulaire « Moov » semble dans la panade. Un communiqué publié mercredi par le ministre des Postes et Télécommunications indique que le service Moov est « arrêté et toute commercialisation sous quelque forme que ce soit est interdite ».

Un douche froide pour l'opérateur qui a massivement investi au Togo, mais aussi en Côte d'Ivoire, au Burkina, au Gabon ou en Centrafrique. 

Moov, ex-Telecel, est la propriété de la banque Atlantique basée en Côte d'Ivoire. Pour lancer ses nouveaux services, le groupe s'est adossé à un très riche opérateur de Dubaï, Etisalat qui a injecté des dizaines de milliards de CFA dans de nouveaux équipement et d'impressionnantes campagnes publicitaire.

 

Alors que reproche-t-on à Moov. A priori de n'avoir pas respecté la législation togolaise et, notamment, d'avoir omis d'informer l'Autorité de réglementation des secteurs des postes et télécommunications.

 

D'après le communiqué du ministre, Telecel qui était propriétaire d'une licence GSM au Togo a « modifié la structure de son contrôle capitalistique en s'alliant avec l'opérateur étranger Etisalat ». De plus, le nouvel exploitant Moov a débuté ses activités « sans aucune autorisation des autorités ».

 

Mercredi, le réseau Moov fonctionnait toujours et la commercialisation des forfaits se poursuivait chez les revendeurs à Lomé.

 

Deux opérateurs se partagent le marché togolais du mobile, Togocel (public) et Moov (ex-Telecel).   

 

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les faux médicaments, un risque pour la santé

Santé

Près de 67 tonnes de médicaments contrefaits ont été saisis par la douane depuis un an.

Ode à l’Afrique et au Niger

Culture

La chanteuse togolaise Valentine Alvares poursuit une carrière à 200 à l’heure.

Les pieds dans le sable

Tech & Web

Comme chaque année, Togo Cellulaire prend possession de la plage de Lomé du 18 août au 8 septembre.

Le pays est trop dépendant des appuis extérieurs

Santé

Plus de 11 milliards de Fcfa ont été consacrés au Togo à la lutte contre le sida en 2018.