Les ambitions de la zone franche

09/01/2008
Les ambitions de la zone franche

Inaugurée il y a près de 20 ans par le président Gnassingbé Eyadema (décédé en février 2005) et les officiels de l'Overseas Private Investment Corporation (OPIC, Etats-Unis), la zone franche du Togo est parvenue à sortir presque indemne de 17 ans d'instabilité politique et de crise économique. Une performance à saluer. 57 entreprises sont aujourd'hui installées en zone franche et 35 autres en cours d'installation. Les responsables de la Sazof (Société d'administration des zones franches) en espèrent une centaine d'ici quatre ans. Un pari réalisable qui devrait être favorisé par une retour à la stabilité.

« Nous avons tout le potentiel pour faire de cette zone un succès africain », commente Kpatcha Gnassingbé, le directeur général de la Sazof.8000 Togolais sont employées par les différentes entreprises en activité (peinture, cosmétiques, pêche, électronique, pièces pour l'automobile, etc …). Les investissements consacrées par ces sociétés représentent un montant de 76 milliards de FCFA.

L'implantation en zone franche permet de disposer d'un statut fiscal privilégié. Une condition : réexporter les biens fabriqués ou assemblés sur place. Des facilités qui séduisent des opérateurs venus d'Asie, d'Afrique ou d'Europe qui profitent de la position privilégiée de Lomé dans la sous-région.

La Sazof sur le Web

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Le dernier voyage

Culture

Jimi Hope a été inhumé samedi au cimetière de Bè-Kpota en présence de nombreux amis.

Après le Togo, la Guinée

Sport

Didier Six, l’ancien entraîneur des Eperviers du Togo (2012), a été nommé sélectionneur de l’équipe de Guinée.

Ils ont eu beaucoup de chance

Faits divers

Une vingtaine de naufragés togolais ont regagné Lomé vendredi soir.

Un milliard de dollars pour combattre le terrorisme

Cédéao

Un milliard de dollars sur 4 ans pour combattre le jihadisme: c'est la décision phare du sommet extraordinaire de la Cédéao.