Mission cruciale

29/11/2007
Mission cruciale

Les experts de la Banque mondiale (BM) et du FMI, arrivés mardi soir à Lomé, ont commencé à rencontrer les différents responsables économiques du pays. Les départements ministériels concernés, bien sûr, mais également les dirigeants de toutes les filières stratégiques comme celles du coton, des transports, des phosphates, des télécommunications ou du port.

Pour la vingtaine de fonctionnaires présents, il s'agit de faire l'état des lieux en matière de finances publiques, et d'évaluer les performances des secteurs qui constituent l'ossature de l'économie du Togo.Au terme de cette mission d'une dizaine de jours, les fonctionnaires internationaux rédigeront un rapport qui sera transmis à leurs institutions. Rapport essentiel pour une relance de la coopération. Le Togo doit de l'argent à la Banque mondiale –il est à jour avec le FMI- et a besoin de son aide pour de nouveaux financements. Equation à laquelle doivent répondre les institutions de Bretton Woods. En outre et si les conclusions du rapport sont favorables, Lomé pourra bénéficier du programme appelé «  Facilité pour la réduction de la pauvreté et la croissance ». A la clé, une annulation ou une réduction de la dette à l'égard du FMI et de la BM et, pourquoi pas, du Club de Paris.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Une réserve régionale alimentaire en cas de coup dur

Cédéao

La Cédéao développe un projet pour mettre l'ensemble des pays membres à l'abri de crises alimentaires majeures.

Le Togo, acteur majeur de la création contemporaine

Culture

La 4e édition de Révélations, la biennale internationale des métiers d’art et de la création contemporaine, se déroule du 23 au 26 mai à Paris.

Les jeunes Togolais font bouger l’univers digital

Coopération

La première édition du Forum de l’entrepreneuriat numérique et estudiantin (FENES) aura lieu le 31 mai prochain. Il est soutenu par la coopération allemande. 

Marche forcée vers l'uniformisation

Uemoa

Les 8 pays composant l'UMOA doivent avoir les mêmes règles et les mêmes pratiques. Ce n'est pas encore le cas.