Nigeria Air attendue l'année prochaine à Lomé

05/09/2018
Nigeria Air attendue l'année prochaine à Lomé

La nouvelle compagnie a de grandes ambitions en Afrique et à l'international

La nouvelle compagnie Nigeria Air devrait débuter ses opérations à la fin de cette année ou au tout début de l’année prochaine. Elle est dans l’attente des licences délivrées par l’aviation civile de ce pays.

Propriété de l’Etat, la compagnie est gérée par des opérateurs privés.

Nigeria Air est le transporteur national, mais il ouvrira son capital aux investisseurs.

La flotte sera constituée de Boeing 737 et d’Airbus A330 pour les liaisons vers l’Europe.

Selon les responsables de cette compagnie, des vols non-stop entre Lagos/Abuja et Lomé pourraient être lancés dès le mois d’avril 2019.

Fondée en 1958, la précédente compagnie nationale, Nigerian Airways, avait été fermée en 2003 avec des dettes de plus de 500 millions de dollars et des accusations de corruption à la clé.

Elle fut remplacée un an plus tard par Virgin Nigeria Airways (après l’intervention de Virgin Atlantic), qui devint Air Nigeria et opéra jusqu’à 13 appareils jusqu’à la cessation des activités en septembre 2012. 

Arik Air, fondée en 2006, devint alors la plus grosse compagnie du Nigeria, mais elle aussi fait faillite l’année dernière, sauvée in extremis par la prise de contrôle du gouvernement fédéral.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

La chanson de Bella Bellow résonne puissamment

Culture

'Blewu' de l'artiste togolaise Bella Bellow a rythmé les cérémonies de commémoration du centenaire de l'armistice dimanche à Paris.

D1 : nouveau leader

Sport

Sara FC de Bafilo a pris la tête du championnat de D1 à l’issue de la 7e journée disputée dimanche.

Faux médicaments : 85 tonnes saisies au premier trimestre

Santé

Les chiffres à eux seuls donnent une idée de l’ampleur du problème. Plus de 85 tonnes de médicaments contrefaits ont été saisis au premier trimestre 2018.

Savoir doser la prise d'antibiotiques

Santé

L’emploi inapproprié et massif des antibiotiques allié au manque d’information des médecins contribuent au développement de la résistance microbienne.