La microfinance tient le choc

01/10/2020
La microfinance tient le choc

Anges Kossivi Kétor

Les institutions de microfinance sont directement implantées par la crise sanitaire; comme les banques d’ailleurs.

La situation commence à s’améliorer après 6 mois de tension, explique dans l’entretien qui suit Anges Kossivi Kétor, le directeur de l’APSFD (Association professionnelle des systèmes financiers décentralisés du Togo).

Republicoftogo.com : Quels sont les impacts directs de la pandémie sur vos activités ?

Anges Kossivi Kétor : L’impact est très important. De mars à juin, on a observé des retraits massifs et l'épargne mobilisée a baissé jusqu'à 7 milliards de francs CFA en volume. Le crédit lui a plongé de 40%. Cependant, sur la même période, le nombre de clients a continué par croître.

Les données commencent à s'améliorer un peu, notamment sur l'épargne mobilisée.

Il y a davantage de dépôts et de crédit parce que les activités ont repris dans une certaine mesure. 

La qualité du portefeuille s’est aussi améliorée par rapport au mois de juin.

Republicoftogo.com : Certains estiment que cette pandémie est une opportunité pour revoir certaines pratiques

Anges Kossivi Kétor : C’est une occasion de se questionner sur nos procédures, nos pratiques et revoir totalement notre façon d'opérer, de travailler.

Par exemple, la digitalisation des opérations est devenue une nécessité.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Pertinence des politiques publiques

Développement

L'incidence de pauvreté est de 45,5% (2019) contre 51,1% en 2015.

Mobilité sanitaire

Santé

Le PNUD a offert lundi trois cliniques mobiles destinées à la lutte contre le coronavirus. 

Webinaire international sur l’entrepreneuriat agricole

Coopération

L’Agence israélienne pour la coopération internationale au développement organise une session destinée à promouvoir l’entrepreneuriat agricole.

Palu : chiffres encourageants

Santé

Au Togo comme ailleurs dans le monde, l’unique sujet de préoccupation est la lutte contre le coronavirus.