Voir plus loin

02/04/2015
Voir plus loin

Kossi Tenou

Le secteur de la micro-finance est en forte croissance au Togo grâce, notamment, à la politique d’inclusion financière initiée par le gouvernement. On compte 200 établissement pour environ un million de clients. 

Une hausse de 5,8% est prévue cette année.

Pour Kossi Tenou, le directeur du bureau national de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (BCEAO), la tendance est favorable, mais il pointe du doigt la stratégie des IMF (institutions de micro-finance) qui, pour la plupart, n’accordent que des prêts à court ou moyen terme.

‘Les crédits sur long terme ne constituent qu’une infime partie des concours bancaires. A ce titre, nous encourageons les IMF à mobiliser des ressources longues sur les marchés et à accorder’, indique-t-il.

Compte tenu du fait que le rôle de ces établissements consiste à collecter l’épargne, ils doivent exercer leur mission avec beaucoup de professionnalisme, souligne le responsable de la BCEAO.

Lors d’une rencontre mardi à Lomé, les responsables du Système financier décentralisé ont demandé à la BCEAO de les aider à obtenir auprès des banques togolaises et régionales davantage de ressources à des taux bonifiés afin de pouvoir adapter leurs produits financiers aux besoins des couches les plus défavorisées. 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

La chanson de Bella Bellow résonne puissamment

Culture

'Blewu' de l'artiste togolaise Bella Bellow a rythmé les cérémonies de commémoration du centenaire de l'armistice dimanche à Paris.

D1 : nouveau leader

Sport

Sara FC de Bafilo a pris la tête du championnat de D1 à l’issue de la 7e journée disputée dimanche.

Faux médicaments : 85 tonnes saisies au premier trimestre

Santé

Les chiffres à eux seuls donnent une idée de l’ampleur du problème. Plus de 85 tonnes de médicaments contrefaits ont été saisis au premier trimestre 2018.

Savoir doser la prise d'antibiotiques

Santé

L’emploi inapproprié et massif des antibiotiques allié au manque d’information des médecins contribuent au développement de la résistance microbienne.