Elections et violence

28/02/2007
Elections et violence

La récente élection qui vient de se tenir au Sénégal ne déroge pas à la règle. Le président sortant proclame sa victoire et l'opposition crie à la fraude. Quelques semaines auparavant, le même phénomène s'était passé en RDC. On n'oubliera pas qu'au Togo, à la veille de la dernière présidentielle,  Gilchrist Olympio affirmait, que "la rue décidera du résultat" et qu'un mauvais score de l'opposition induirait "un risque de dérapage sérieux".A la suite de la proclamation des résultats, ces menaces étaient mises à exécution et la force était utilisée par ses partisans contre la voix des urnes.

La loi de la démocratie est pourtant simple : elle repose sur le respect du choix des électeurs. Le perdant s'honore si, malgré ses regrets, il félicite le gagnant. Quant aux fraudes, si fraudes il y a, elles doivent être portées devant les juridictions et non devant le tribunal de la rue. La violence d'où qu'elle vienne ne fait pas partie de l'arsenal électoral. Les pouvoirs publics et les partis politiques doivent sans cesse le rappeler aux électeurs. Et, ceux qui agitent les menaces de violence doivent être traduits devant la justice pénale Koffi Souza

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Un sport viril qui doit devenir populaire

Sport

Le directeur technique de la Fédération togolaise de rugby (FTR) a lancé mercredi à Sotouboua une campagne de découverte de ce sport.

Engagement collectif

Coopération

Le projet AVENIR (Action des Volontaires Européens et Nationaux Investis pour la Résilience) est mis en oeuvre au Togo.

Tendance lourde

Tech & Web

Le taux de pénétration de la téléphonie mobile est passé de 70% à 84% en 3 ans.

‘Le champ des oubliés' présenté au FICMA

Culture

La XVIe édition du festival international ‘cinéma et migrations’ (FICMA) a démarré lundi soir à Agadir.