Elections et violence

28/02/2007
Elections et violence

La récente élection qui vient de se tenir au Sénégal ne déroge pas à la règle. Le président sortant proclame sa victoire et l'opposition crie à la fraude. Quelques semaines auparavant, le même phénomène s'était passé en RDC. On n'oubliera pas qu'au Togo, à la veille de la dernière présidentielle,  Gilchrist Olympio affirmait, que "la rue décidera du résultat" et qu'un mauvais score de l'opposition induirait "un risque de dérapage sérieux".A la suite de la proclamation des résultats, ces menaces étaient mises à exécution et la force était utilisée par ses partisans contre la voix des urnes.

La loi de la démocratie est pourtant simple : elle repose sur le respect du choix des électeurs. Le perdant s'honore si, malgré ses regrets, il félicite le gagnant. Quant aux fraudes, si fraudes il y a, elles doivent être portées devant les juridictions et non devant le tribunal de la rue. La violence d'où qu'elle vienne ne fait pas partie de l'arsenal électoral. Les pouvoirs publics et les partis politiques doivent sans cesse le rappeler aux électeurs. Et, ceux qui agitent les menaces de violence doivent être traduits devant la justice pénale Koffi Souza

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Faire revenir les talents

Diaspora

Un Forum économique des Togolais de l’extérieur aura lieu à Lomé en novembre prochain.

Effets induits

Développement

Les interventions de la Banque mondiale au Togo ont été bénéfiques dans de nombreux secteurs.

Nouveau drame de la route

Faits divers

Neuf personnes ont été tuées jeudi dans accident à Wahala (région des plateaux). 

Bannissement à vie

Sport

L’arbitre togolais Kokou Hougnimon Fagla a été banni à vie par la FIFA de toute activité liée au football.