L'argent des émigrés africains

26/10/2009
L'argent des émigrés africains

L'Afrique reçoit chaque année 40 milliards de dollars des émigres qui travaillent dans d'autres  continent (rapport de l'International Fund for Agricultural Development(IFAD)).Ce chiffre est à lui seul une surprise. Jusqu'ici on le situait autour de 10 à 15 milliards de dollars.

Les conditions du transfert sont déjà peu satisfaisantes. Faute de concurrence deux entreprises le font payer entre 25 et 10% alors que certains pays ont réussi à limiter les frais à moins de 5%.La rareté des points de retrait est une occasion de dépenses supplémentaires. Le Kenya expérimente des solutions simples de retrait par les téléphones mobiles. Il est envisagé désormais d'habiliter les bureaux de postes pour ces opérations.L'argent des transferts de fonds est utilisé pour faire face à des dépenses de première nécessité – nourriture, logement, santé ou éducation. Mais, 5 à 10 milliards de dollars sont disponibles pour l'épargne et l'investissement , ce qui est fondamental alors que les crédits de l'aide publique au développement diminue.

Les transferts des migrants souffrent de la crise économique : ils ont chuté de 12,7 % depuis le début de l'année  alors qu'ils avaient connu une croissance moyenne de 17 % dans le monde depuis dix ans.

Ces transferts démontrent que la solidarité africaine n'est pas un vain mot et que les émigrés restent fidèles à leur pays d'origine.

Koffi Souza

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Devoir d'inventaire

Environnement

Le deuxième inventaire forestier débutera le 1er mars, a annoncé vendredi le ministère de l’Environnement.

Aide à la petite agriculture

Coopération

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) fournira des kits de production à 900 foyers agricoles vulnérables.

Des Togolais bien couverts

Social

Quatre millions de Togolais sont concernés par cette couverture santé.

Appels dans le vide

Environnement

Avec des caniveaux utilisés comme dépotoirs, la fin des inondation n'est pas pour demain.