Trouver une alternative à la prison

09/03/2021
Trouver une alternative à la prison

Priorité à la réinsertion quand c'est possible

Des mineurs sont en détention. Est-ce la bonne solution pour favoriser la réinsertion ?

Pas forcément.

L’idée est de développer des centres de ‘rééducation’ adaptés, sans le poids de l’univers carcéral.

Les efforts menés par le ministère de la Justice ont permis de réduire de manière significative le nombre de mineurs incarcérés. Ils sont 60 aujourd’hui, contre près de 500 il y a 5 ans.

‘La plupart des jeunes en conflit avec la loi sont des enfants des rues. Ils n'ont pas reçu d'éducation parentale. C’est un vrai problème’, explique Mari Takou, responsable du service social à la prison civile de Kara (nord).

Les villes de Lomé et de Kara disposent de deux centres de réinsertion. Il existe également des unités privées dirigées par des ONG.

Certains replongent rapidement dans la délinquance après un séjour sur place. 

Une situation compliquée à gérer.

Des enquêtes effectuées indiquent que les taux de récidive les plus élevés se rencontrent chez les jeunes et que le taux de récidive est inversement proportionnel au niveau d’éducation.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Chrono trop juste

Sport

Au 50 mètres nage libre, le Togolais Damien Otogbé a montré tout son potentiel.

La menace B et C

Santé

L’hépatite B et C est toujours très active dans le pays. Le taux d’infection serait de 15%.

'L’expérience du Togo est enrichissante'

Développement

Mario Pezzini, le directeur du Centre de développement de l’OCDE, s’est entretenu mercredi à Lomé avec le Premier ministre.

Anticiper une sortie de crise sanitaire

Développement

Le pouvoir togolais pense déjà à l’après-pandémie et il a raison.