Le Togo a besoin d'une presse responsable

13/02/2019
Le Togo a besoin d'une presse responsable

Trop d'amateurisme tue la profession

Le Togo est l’un des pays d’Afrique les plus avancés en matière de liberté de la presse. 

Le travail des journalistes collaborant aux dizaines de journaux, de radios, de TV et de sites n’est pas entravé. Et une grande majorité de ces médias ne sont pas favorables au pouvoir. En cas de poursuite pour diffamation ou diffusion de fausses informations, la justice inflige de modestes amendes.

 La liberté est donc totale. Toutefois, les responsables de la Haute Autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAAC) rappelle que liberté ne signifie pas anarchie. La déontologie et le respect de la loi sont indispensables.

On en est encore loin. 

De nombreux journaux franchissent chaque jour la ligne rouge ; d’autres ne sont toujours pas sortis de l’amateurisme.

‘La HAAC veille au respect du pluralisme et des courants d’opinions. Elle ne met pas la pression ; elle demande juste le respect de la loi', explique Mathias Ayéna, l'un des membres de l’institution.

La situation du Togo est paradoxale. Il y a une profusion de titres, mais très peu de lecteurs. Le marché publicitaire étant très modeste, les sources de financement viennent d’ailleurs et sont souvent opaques. Ce qui pourrait expliquer la tendance de certains journaux, radios ou site Web a proposer un contenu largement orienté.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

L’aide à la culture évolue

Culture

Cette année, le gouvernement a accordé 600 millions de Fcfa pour aider les artistes (musiciens, chanteurs, scupteurs …).

Absence de culture syndicale

Social

Nadou Lawson, la coordonnatrice de la centrale syndicale Synergie des travailleurs du Togo (STT), a voulu mettre les points sur les i.

Opération mains propres au Togo

Santé

80% des microbes se transmettent par les mains. Les laver le plus souvent possible avec du savon constitue une bonne protection.

Accentuer la lutte contre les faux médicaments

Santé

Un sommet sur la lutte contre le trafic de faux médicaments aura lieu les 6 et 7 décembre à Lomé.