Processus électoral : dialogue en temps réel

10/12/2014
Processus électoral : dialogue en temps réel

Les intervenants se retrouveront chaque semaine autour du PM

A l’approche du scrutin présidentiel de 2015 et comme il l’avait fait lors des législatives de 2013, le Premier ministre Arthème Ahoomey-Zunu, a décidé de mettre en place un comité de suivi.

La première réunion s’est déroulée mercredi à la Primature.

Si le terme peu paraître un peu technique, il s’agit plutôt d’un cadre d’échanges et de discussions qui doit permettre à tous ceux qui sont concernés par le processus électoral (partis politiques, gouvernement, diplomates, …) d’être informés par la Céni, de faire des observations, de trouver des solutions à d’éventuels blocages ; bref de faire en sorte que l’élection se déroule dans les meilleures conditions.

Le Premier ministre envisage d’organiser une rencontre hebdomadaire ou davantage en cas de nécessité.

Etaient présents mercredi au tour de la table des ministres, le président de la Commission électorale, des représentants des principales formations (Obuts, Unir, ANC, CPP, etc…) des membres d’organisations de la société civile et des diplomates dont les ambassadeurs de France, d’Allemagne, des Etats-Unis, de l’Union européenne ainsi que la responsable du PNUD au Togo.

L’élection présidentielle aura lieu au premier trimestre 2015.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Ca va être compliqué

Sport

Le sélectionneur des Eperviers, Claude Leroy multiplie les séances d’entrainement avant la rencontre contre l’Algérie le 18 novembre prochain.

La chanson de Bella Bellow résonne puissamment

Culture

'Blewu' de l'artiste togolaise Bella Bellow a rythmé les cérémonies de commémoration du centenaire de l'armistice dimanche à Paris.

D1 : nouveau leader

Sport

Sara FC de Bafilo a pris la tête du championnat de D1 à l’issue de la 7e journée disputée dimanche.

Faux médicaments : 85 tonnes saisies au premier trimestre

Santé

Les chiffres à eux seuls donnent une idée de l’ampleur du problème. Plus de 85 tonnes de médicaments contrefaits ont été saisis au premier trimestre 2018.