L'espoir, enfin

07/10/2021
L'espoir, enfin

Bons résultats cliniques

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a recommandé mercredi le déploiement massif du premier vaccin antipaludique chez les enfants vivant en Afrique subsaharienne et dans des zones à risque, qui pourrait sauver des dizaines de milliers de vies. 

Le «RTS,S» est un vaccin qui agit contre un parasite (Plasmodium falciparum) transmis par les moustiques, le parasite le plus mortel à l'échelle mondiale et le plus prévalent en Afrique. 

Pour l'Afrique, où le paludisme tue plus de 260.000 enfants âgés de moins de cinq ans chaque année, ce vaccin est synonyme d'espoir, d'autant que les craintes d'une résistance du paludisme aux traitements augmentent.

Au total, cinq espèces de parasites du genre Plasmodium, tous transmis par les piqûres de moustiques, sont responsables de cette maladie. 

Le Plasmodium falciparum est l'espèce la plus pathogène et responsable des cas mortels.

Depuis 2019, trois pays d'Afrique subsaharienne, le Ghana, le Kenya et le Malawi, ont commencé à introduire le vaccin dans des régions sélectionnées où la transmission du paludisme est de modérée à sévère. Deux ans après le début de ce premier test grandeur nature au monde, 2,3 millions de doses de vaccin ont pu être administrées.

Fabriqué par le géant pharmaceutique britannique GSK, le «RTS,S» est le premier vaccin, et le seul jusqu'à présent, ayant montré une efficacité pour réduire significativement le nombre des cas de paludisme, y compris de paludisme grave menaçant le pronostic vital, chez les enfants.

Selon l'OMS, les essais cliniques de phase 3 ont démontré que le vaccin, lorsqu'il est administré en 4 doses, prévient 4 cas de paludisme sur 10, et 3 cas sur 10 de paludisme grave menaçant le pronostic vital. Mais avant un déploiement massif, la prochaine étape majeure sera celle du financement.

L'Alliance du vaccin (Gavi) a annoncé qu'elle allait examiner, ainsi qu'avec les autres acteurs concernés, «si et comment financer un nouveau programme de vaccination contre le paludisme dans les pays d'Afrique subsaharienne», dans un communiqué publié après l'annonce de l'OMS.

L'année 2021 a été marquée par plusieurs avancées importantes dans le combat contre le paludisme, une maladie pourtant négligée durant des années par les laboratoires pharmaceutiques et la recherche. 

Un vaccin candidat développé par l'université d'Oxford, Matrix-M, a suscité l'espoir en avril, affichant une efficacité jusqu'ici inégalée de 77% lors d'essais de phase II. Il pourrait être homologué sous deux ans.

En juillet, le laboratoire allemand BioNTech a indiqué vouloir appliquer la technologie prometteuse de l'ARN messager, utilisée pour son vaccin pionnier contre le Covid-19 avec Pfizer, au paludisme en lançant l'an prochain des essais pour un vaccin. 

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Trop, c'est trop

Faits divers

Un nouveau corps sans vie a été repêché mardi dans le 4e lac de Lomé (qui récupère les eaux de pluie).

Lecture pour tous

Culture

L'OIF appuie le gouvernement pour l'installation de Centres de lecture et d'animation.

Un sport en roue libre

Sport

L’Union cycliste international (UCI) a fait l’impasse sur le Togo. C’est ce qu’affirme Koffi Kpodo, le président de la Fédération togolaise .

300.000 doses de Pfizer sont arrivées à Lomé

Santé

300.000 doses du vaccin Pfifer sont arrivées dimanche à l’aéroport de Lomé.