Lassa plus fort que la Ribavirine

09/01/2019
Lassa plus fort que la Ribavirine

Aucun autre cas signalé

Un cas de fièvre hémorragique Lassa avait été confirmé vendredi dernier dans la région de Doufelgou (Kara). Le porteur était un homme de retour d'un long séjour au Nigeria.

Ce dernier est décédé, a indiqué mercredi le ministère de la Santé, malgré une prise en charge rapide à la ribavirine.

Aucun autre cas n’a été signalé.

Cette fièvre hémorragique est endémique dans plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest, où elle infecte de 100 à 300.000 personnes par an dont 5 à 6.000 succombent. 

Il n’existe à ce jour aucun vaccin contre ce virus qui représente un problème de santé publique.

Lassa se manifeste par une forte fièvre, des maux de tête, de gorge, des nausées, des vomissements et des douleurs musculaires, notamment. En cas de doute, il est prudent de consulter un médecin.

Le principal réservoir du virus est un petit rongeur péri-domestique. Il se transmet à l’homme par contact avec les excréments de l’animal. 

Il n’existe à ce jour qu’une seule molécule ayant montré une efficacité contre Lassa. Il s’agit de la Ribavirine, un antiviral à large spectre contre les virus à ARN utilisé en particulier pour le traitement de l’hépatite C. 

Malheureusement, ce traitement ne représente pas une solution satisfaisante au problème que pose la fièvre de Lassa : pour être efficace, la Ribavirine doit être administrée très précocement avant l’infection.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

L'AFD et Proparco en mode riposte

Développement

La pandémie de covid 19 impacte l’Afrique, engendrant des crises sanitaire, sociale et économique inédites. 

Zoom sur le Togo

Tech & Web

Connaître l’histoire du Togo, s’informer en temps réel, trouver des offres d’emploi et des infos pratiques.

Les éléments se déchaînent

Environnement

Le Préfet maritime, Néyo Takougnadi, a mis en garde la population contre les risques engendrées par une mer violente dans les 3 mois à venir.

Une justice pour tous est un gage de bonne santé démocratique

Justice

Le Programme d’appui au secteur de la justice (PASJ) arrive à son terme cette année.