Les ARV évoluent

29/05/2019
Les ARV évoluent

Un comprimé remplacera les 12 prescrits quotidiennement

70 000 Togolais sont actuellement sous ARV (antirétroviraux). Un traitement lourd, mais qui permet de lutter contre la maladie.

Le protocole est actuellement contraignant avec la prise d’une dizaine de comprimés chaque jour à heure fixe.

Mais les choses évoluent dans le bon sens. Les malades pourront bientôt bénéficier d’une seule prise quotidienne ; un seul comprimé avec de nouvelles molécules plus efficaces.

L'objectif des traitements antirétroviraux actuels est de maintenir les personnes vivant avec le VIH (PVVIH) en bonne santé, en évitant la progression de la maladie vers le stade SIDA.1

Il est fréquent d’entendre parler 'd’indétectabilité' lorsque l'on parle du VIH et de traitement ARV. Ce terme est employé lorsque l'on parle de la charge virale : cela signifie que la quantité de virus dans le sang ne peut être détectée dans les analyses sanguines.

Avec les traitements disponibles, l’objectif est de rendre la charge virale dans le sang indétectable en quelques semaines à quelques mois.

Des tests sanguins sont réalisés régulièrement pour s'assurer que la charge virale demeure indétectable dans le temps.

Aujourd’hui, une personne vivant avec le VIH, traitée et dont la charge virale est indétectable depuis plus de 6 mois, a un risque négligeable de transmettre le virus à son partenaire lors d’un acte sexuel non protégé.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Tirer les leçons de certains comportements

Justice

La prévalence de la justice populaire dit quelque chose du système judiciaire au Togo.

GoZem chargée 150.000 fois

Tech & Web

Lancée fin 2018,  l’application GoZem permet de réserver un taxi-moto depuis son smartphone

Méga fête le 21 juin

Culture

La Fête de la musique se déroule chaque 21 juin dans plus de 700 villes à travers le monde. Et à Lomé bien sûr.

Crises migratoires et terrorisme

Cédéao

Le Parlement de la Cédéao délocalise ses travaux dans la capitale togolaise pour parler de l'aide aux réfugiés.