Prévenir l’avènement de nouveaux phénomènes épidémiques

31/10/2019
Prévenir l’avènement de nouveaux phénomènes épidémiques

Diagnostic et confirmation biologique

Une réunion régionale du comité technique du projet REDISSE se tient actuellement à Lomé.

Le projet régional de renforcement du système de surveillance des maladies vise à renforcer les capacités intersectorielles nationales et régionales pour une surveillance collaborative de la maladie et la préparation aux épidémies en Afrique de l’Ouest, en jugulant les faiblesses des systèmes sanitaires humain et animal qui entravent la surveillance et une riposte efficace.

Pour pour prévenir l’avènement de nouveaux phénomènes épidémiques et d’autres urgences de santé publique ou apporter des ripostes appropriées lorsqu’ils surviennent, les pays de la Cédéao et l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS) comptent sur la réactivité de REDISSE.

Cette initiative permet de renforcer les compétences en matière de diagnostic et de confirmation biologiques des responsables de laboratoires et d’améliorer la surveillance épidémiologique et les capacités de riposte des laboratoires de districts.

Grâce à cette stratégie, le Togo est en mesure d’exercer un contrôle sanitaire plus poussé aux frontières afin d’éviter la propagation d’épidémies.

Mais cela ne signifie pas pour autant que tout est réglé. La porosité des frontières, le manque d’information des patients, l’absence de diagnostics précoces permet la propagation des épidémies au Togo et dans le reste de la région.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

La nécessité d'un cadre concerté et cohérent

Social

La politique nationale de l’emploi doit évoluer pour coller à la feuille de route gouvernementale.

La surveillance passe par la coopération

Coopération

Assurer un contrôle sanitaire aux frontières n'est pas une mince affaire.

Pas la peine d'infecter toute une équipe

Sport

Le match opposant le Togo aux Comores dans le cadre des éliminatoires de la CAN est prévu le 25 mars aux Comores.

Fournisseurs exclusifs

Développement

Plus de 1.000 écoles devraient être dotées de cantines gratuites pour les plus petits. Avec des produits locaux.