Stimuler la vie

18/03/2009
Stimuler la vie

Des cardiologues français et sénégalais séjournent à Lomé depuis quelques jours pour former leurs confrères togolais aux techniques de pose de stimulateurs cardiaques*. « Nous allons apporter notre expérience qui va permettre aux spécialistes togolais d'implanter des pace-maker et de sauver ainsi la vie de nombreux patients », a expliqué mercredi le Dr. Jean-Marie Damourou, président de l'association « Stimulis-Togo ».

L'utilisation de stimulateurs est une pratique très répandue en Europe, aux Etats-Unis et dans certains pays d'Afrique comme la Côte d'Ivoire, le Bénin ou l'Afrique du Sud."La venue de cette mission va donner le coup d'envoi à ce type d'intervention ici au Togo et les autorités vont tout mettre en Œuvre pour les faciliter », a souligné pour sa part le directeur général de la Santé, le docteur Dogbé Kokouvi Sika.

Le Togo dispose de deux médecins stimulistes et de huit cardiologues qui exercent dans le public et le privé.

"Cet effectif est suffisant pour démarrer l'expérience " a déclaré le Dr Xavier Jouven (photo) chef de la délégation et cardiologue à l'hôpital européen Georges-Pompidou (Paris).

* Un stimulateur cardiaque (ou pace-maker) a pour but d'envoyer une impulsion électrique au cŒur, ce qui provoque sa contraction.

La taille des boîtiers de stimulation cardiaque à été réduite du fait des progrès réalisés dans le domaine de l'électronique et de la miniaturisation, ce qui améliore le confort de malades.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Le Sarakawa se refait une beauté

Tourisme

L’hôtel Sarakawa de Lomé vient d’achever des travaux de modernisation. Il était temps.

Ecoutez et regardez

Culture

Une plateforme dédiée à la promotion des artistes togolais a été lancée mercredi.

Une action de terrain au service de la population

Coopération

L'accès à l’eau potable est un besoin humain fondamental.

Coopération décentralisée avec le Togo

Coopération

Depuis 1992, les collectivités locales françaises peuvent signer des accords de coopération avec des autorités locales étrangères.