Autoroute transafricaine : bientôt le siège de l'Autorité à Lomé ?

12/04/2019
Autoroute transafricaine : bientôt le siège de l'Autorité à Lomé ?

Pathé Gueye

Le Togo a exprimé le souhait d’accueillir le siège de l’Autorité de gestion du Corridor Abidjan-Lagos (ALCoMA), l’autoroute transafricaine de la cédéao.

Une annonce faite vendredi à Lomé lors de la réunion ministérielle du comité de pilotage du projet de corridor.

Le Togo est en lice avec le Bénin, le Ghana et la Côte d’Ivoire. La conférence des chefs d’États de la Cédéao statuera sur les candidatures l’année prochaine.

Lors de la réunion, les participants ont noté l’intérêt manifesté par la BIDC et la BOAD. Il a également apprécié la proposition de l’African Finance Corporation (AFC) de mobiliser des ressources financières pour la phase d’étude et de construction de l’autoroute.

‘Le projet est dans une très bonne dynamique’, s'est félicité Pathé Gueye, le Commissaire de la Cédéao en charge des Infrastructures.

La promesse d’un corridor Abidjan-Lagos de plus de 1 000 km a été formulée il y a presque deux décennies par la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Togo, le Bénin et le Nigeria.

Le projet d’autoroute de 6 voies vient d’obtenir un financement de 22,7 millions de dollars de la Banque africaine de développement (BAD) pour des études. L’Union européenne s’est également engagée à apporter son concours financier.

Cet axe génère 75% des activités commerciales de l’Afrique de l’ouest. 

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Eperviers affronteront les Pharaons

Sport

Le tirage au sort des éliminatoires de la Coupe d'Afrique des Nations (2021) place le Togo dans un groupe composé de l’Egypte, du Kenya et des Comores.

Pas de peau pour les patients !

Santé

Pour un pays de 8 millions d’habitants, le Togo ne compte que 16 dermatologues dont 14 sont installés à Lomé.

Une nouvelle saison à Reims

Sport

Cadre de l'équipe champenoise la saison passée, le Togolais Alaixys Romao poursuit l'aventure à Reims, indique France Football. 

Reprise des discussions avec le Premier ministre

Santé

Gilbert Tsolenyanu, le secrétaire général du Syndicat des praticiens hospitaliers du Togo (SYNPHOT), commençait à s’impatienter.