La peinture ne nourrit pas (encore) son homme

06/11/2018
La peinture ne nourrit pas (encore) son homme

Inspiration togolaise et vocation décorative

Rares sont les artistes togolais à pouvoir vivre de leur passion et de leur créativité. Le marché est très étroit et les clients ne courent pas les rues.

Et c’est justement dans les rues que l’on peu découvrir, accrochés à même les façades ou sur des palissades, les tableaux réalisés dans des ateliers de fortune.

Evidemment, ce n’est ni la qualité, ni le prix des tableaux de Brahim El Anatsui ou de Julie Mehretu – les artistes africains les plus côtés au monde -, mais un art de rue simple et purement décoratif.

Les pièces se négocient entre 50.000 et 500.000 Fcfa, mais rares sont les Togolais à acheter. Les plus nombreux sont les Européens et les expatriés.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Faire revenir les talents

Diaspora

Un Forum économique des Togolais de l’extérieur aura lieu à Lomé en novembre prochain.

Effets induits

Développement

Les interventions de la Banque mondiale au Togo ont été bénéfiques dans de nombreux secteurs.

Nouveau drame de la route

Faits divers

Neuf personnes ont été tuées jeudi dans accident à Wahala (région des plateaux). 

Bannissement à vie

Sport

L’arbitre togolais Kokou Hougnimon Fagla a été banni à vie par la FIFA de toute activité liée au football.