Entretien fructueux

09/04/2021
Entretien fructueux

Emmanuel Macron et Faure Gnassingbé vendredi à l'Elysée

Emmanuel Macron a reçu à déjeuner vendredi à l’Elysée le président Faure Gnassingbé.

L’occasion pour les deux hommes d’aborder plusieurs dossiers.

D’abord celui de la coopération bilatérale. L’Agence française de développement est à la manoeuvre dans le pays. Certains groupes français s’intéressent à plusieurs opportunités liées à la logistique, à l’énergie et aux industries de transformation.

'Le Togo affiche une trajectoire économique qui offre de nombreuses opportunités et je suis vraiment désireux de renforcer le partenariat économique avec la France', a déclaré le président togolais. 

Il a naturellement été question de la crise sanitaire. Le Togo se débat depuis un an avec le Coronavirus. La France finance une partie de l’initiative Covax qui permet aux pays pauvres de recevoir des vaccins.

Les deux hommes ont évoqué la situation dans la zone UEMOA et les conséquences de l’épidémie sur les économies des pays de l’Union.

Enfin, les échanges ont porté sur les enjeux sécuritaires en Afrique de l’Ouest. La lutte contre l’extrémisme est une priorité. Il a également été question du Mali où une équipe de transition s’est engagée à rétablir la démocratie. Le Togo est très actif au sein du Groupe de soutien à la transition au Mali.

Trois membres du gouvernement assistaient au déjeuner, Robert Dussey, le chef de la diplomatie, Damehame Yark, le ministre de la Sécurité et Cina Lawson, en charge de l’Economie numérique et de la Transformation digitale.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Kako Nubukpo est entré en fonction

Uemoa

Kako Nubukpo, le nouveau commissaire de l’UEMOA a prêté serment lundi à Ouagadougou.

Pas de changement

Sport

La 9e journée du championnat de D1 s’est déroulé ce week-end.

Interconnexion avec le Togo ?

Développement

Le gouvernement ghanéen vient de présenter trois projets ferroviaires d'une valeur totale de 12,9 milliards de dollars.

Un an d'épreuve

Santé

Le Covid en Afrique, un an après. C’est le thème d’une visioconférence organisée samedi par l’OMS.