Envoyé spécial togolais à Libreville

14/04/2008
Envoyé spécial togolais à Libreville

Barry Moussa Barqué, ministre conseiller spécial du président Faure Gnassingbé, a été reçu cette semaine à Libreville par le chef de l'Etat gabonais, Omar Bongo Ondimba.

M. Barqué, à la tête d'une importante délégation, était porteur d'une message de Faure destiné au N°1 gabonais. Selon la présidence à Libreville, ce message « rentre dans le cadre des consultations permanentes qu'entretiennent les leaders d'Afrique autour du Doyen du continent ».« Le chef de l'Etat a tenu à remercier le président du Gabon, pour les dernières initiatives qu'il a prise au sujet de l'ASECNA, qui est une organisation africaine et qui joue un rôle très important dans le domaine de l'aviation. Et quand on connaît le rôle de l'aviation, dans le passé et quel futur cette aviation va avoir au sein de l'Afrique, sa contribution a donc été très importante pour la solution de ce problème qui c'était posé, raison pour laquelle le président Gnassingbé a tenu à le féliciter, particulièrement », a souligné Barry Moussa Barqué à la sortie de l'audience.

Le président du Gabon a longuement évoqué avec son interlocuteur l'évolution de la situation politique et économique au Togo. « Omar Bongo Ondimba a « prodiguer de judicieux conseils dans le sens de consolider un climat social d'apaisement dans le pays », a expliqué un conseiller du chef de l'Etat gabonais à republicoftogo.com.

En photo : Barry Moussa Barqué et Faure Gnassingbé

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Lassa est de retour

Santé

Plusieurs cas suspects de fièvre virale hémorragique Lassa ont été détectés ces derniers jours.

L'UE met le paquet

Coopération

100 millions d'euros de l'Europe en faveur des campagnes de vaccination en Afrique.

Implication des Togolais de l'étranger

Diaspora

La Diaspora au Sénégal se mobilise à l'occasion du 61e anniversaire de l'indépendance du Togo.

Une avancée politique majeure

Coopération

Le nouvel accord entre les pays de l'OEACP et l'UE doit maintenant recevoir l'approbation du Parlement européen.