Banque mondiale et Fonds monétaire débarquent à Lomé

27/11/2007
Banque mondiale et Fonds monétaire débarquent à Lomé

Une vingtaine de fonctionnaires de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international arrivent mardi soir à Lomé.

Cette délégation va séjourner une semaine au Togo. Elle va examiner les mécanismes permettant une reprise de la coopération entre Lomé et les institutions de Bretton Woods.Les vingt experts vont rencontrer les responsables du ministère de l'Economie, des Finances et du Budget. Ils vont également s'intéresser aux différentes filières qui constituent l'ossature de l'économie togolaise : coton, phosphates, transport, etc…

Au terme de la visite, ils remettront un rapport au FMI et à la BM permettant au Togo de repartir d'un bon pied. Le pays devra reprendre ses remboursements échelonnés à Banque mondiale en échange de nouveaux prêts et d'une éventuelle annulation de la dette auprès du Club de Paris.

Le processus pourrait en tout cas prendre plusieurs mois avant la reprise effective de la coopération.

La venue à Lomé de la délégation conjointe FMI/BM a été décidée lors de la visite du président Faure Gnassingbé à Washington début novembre. Il avait alors rencontré Dominique Strauss-Kahn, le directeur général du Fonds et Robert B. Zoellick, le président de la Banque mondiale.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Incendie maîtrisé à l'université de Lomé

Faits divers

Un incendie s’est déclaré lundi dans le bâtiment accueillant la faculté des sciences économiques et de gestion à Lomé.

Les intempéries font 3 victimes

Faits divers

Les fortes pluies qui se sont abattues dans la nuit de samedi à dimanche sur Lomé et sa périphérie ont causé la mort de 3 personnes.

Début de l'exercice Obangame Express

Coopération

Un exercice naval dénommé Obangame Express, assuré par les forces navales américaines en Afrique (NAVAF), a débuté vendredi avec la participation du Togo.

Interdits à la vente

Santé

Quatre médicaments importés ont été retirés de la vente. Le ministère de la Santé invoque des raisons commerciales.