Grève de 48h dans les phosphates

06/07/2008
Grève de 48h dans les phosphates

Des syndicats togolais du secteur du phosphate ont décidé un arrêt de travail de 48 heures à compter de lundi pour dénoncer la "lenteur" de la relance de ce secteur sinistré.

"Les choses traînent. Nous sommes très inquiets", a déclaré lors d'une conférence de presse Mathurin Atintoh, conseiller du syndicat des cadres du secteur du phosphate."Les activités tournent au ralenti, car les machines sont fatiguées (...) Si dans les 48 heures, aucune décision n'est prise, nous allons durcir notre mouvement", a-t-il averti.

Les travailleurs exigent le départ des liquidateurs des anciennes sociétés qui exploitaient le phosphate qu'ils accusent de freiner la Société nouvelle des phosphates du Togo (SNPT), une structure créée par l'Etat en mai 2007.

Vital pour le Togo, le secteur du phosphate, premier produit d'exportation avec 40% des recettes, est sinistré. La production s'est effondrée ces dix dernières années, passant de 5,4 millions de tonnes en 1997 à 800.000 en 2007.

Un plan de redressement a été lancé il y a plus de six mois et la SNPT table sur un quasi-doublement de la production cette année à plus de 1,4 million de tonnes.

Selon des statistiques publiées par des syndicats, le Togo a produit 402.890 tonnes de phosphate entre janvier et juin 2008.

Découvert en 1952 au Togo, le phosphate emploie aujourd'hui quelque 2.500 personnes.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

A Lomé, encore trop d'antivax

Santé

De nombreux togolais sont réticents à l’idée de se faire vacciner contre le Coronavirus. 

Israël est de retour

Union Africaine

Israël est redevenu un pays observateur à l'Union africaine.

Ca débute mal à Tokyo

Sport

Deux joueurs de l'équipe sud-africaine de football ainsi qu'un membre de l'encadrement, installés dans le Village olympique des JO de Tokyo, ont été testés positifs.

Schéma vaccinal complet : feu vert pour le Covishield

Santé

Les vaccins AstraZeneca/Covishield - ceux administrés au Togo - sont désormais reconnus par les pays de l'UE.