La route de tous les dangers

19/01/2008
La route de tous les dangers

Les chauffeurs routiers du Togo et du Bénin en ont ras le bol ! Eux qui sont habitués à faire la route Lomé-Cotonou ne supportent plus les situations qu'ils doivent endurer sur cet axe quotidiennement. Taxes sauvages, braquages, paiements non justifiés aux postes frontière, opérations zélées de la police, insécurité sur la route ; cette liste n'est pas exhaustive mais en dit long sur le climat qui règne sur ce tronçon international.

C'est pourquoi, les conducteurs routiers du Bénin et du Togo viennent de mettre en place à Lomé une unité d'action au niveau de deux syndicats (USYNCORT pour le Togo et COSYCOTRAB pour le Bénin)Cette unité a des objectifs clairs : démanteler les barrières non tarifaires ; diminuer les contrôles des forces de l'ordre ; rendre fluide, compétitif et efficace le corridor Abidjan – Lagos qui traverse le Togo et le Bénin ; harmoniser aussi les frais de chargements, solliciter l'intervention des syndicats en cas d'accidents, enfin convaincre les pays de la région de diminuer les taxes frontalières.

La route internationale Lomé-Cotonou est stratégique d'un point de vue économique. Elle est aussi utilisée chaque année par des millions de voyageurs pour le déplacement dans la région.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Le PNUD prêt à faire davantage

Coopération

Le ministre de l’Environnement, David Oladokoun, s’est entretenu lundi avec Aliou Dia, le représentant résident du PNUD au Togo.

Les footballeurs togolais se distinguent à l'étranger

Sport

Si l'équipe nationale n'est pas très en forme, les joueurs togolais évoluant à l'étranger affichent d'excellents résultats.

Télécommunications : réduire les disparités

Tech & Web

L'UIT a toujours prêté une grande attention à la fracture numérique et aux écarts de développement.

Les musées s'adaptent aux évolutions de la société

Culture

A l’occasion de la Journée internationale des musées, la population pourra découvrir à partir de samedi et jusqu’au 26 mai les richesses de l’art africain.