Les contrefaçons inondent le marché togolais

24/06/2019
Les contrefaçons inondent le marché togolais

Médicaments, mais aussi produits alimentaires

L’Afrique est le paradis de la contrefaçon. Textile, chaussures, électronique, alimentation, jouets, médicaments ; les faux représenteraient plus de 40% du marché.

Un succès qui s’explique par le fait que les produits sont bon marché. Les consommateurs peinent à faire la différence. Seul compte leur porte monnaies.

Tout à fait illégal au Togo, mais les douaniers ont bien du mal à contrôler les milliers de conteneurs qui débarquent chaque jour au port de Lomé. De surcroît, ils ne bénéficient pas toujours des éléments permettant d’identifier une contrefaçon.

Si acheter de fausses baskets Nike ou un smartphone grossièrement imité est répréhensible, mais pas dramatique, il en va tout autrement pour les médicaments ou les produits alimentaires. Il y a là un danger réel pour la santé.

‘La contrefaçon c'est un cancer. On vous fait croire que tel produit est un original alors que c'est une imitation qui n'a rien avoir avec le produit original en terme de qualité, de sécurité et de protection de l'environnement’, met en garde François Afidegnon Kpakpo, le président de la Haute Autorité de la qualité et de l'environnement (HAUQE).

Selon l’Ordre des pharmaciens, au moins la moitié des médicaments vendus dans le pays sont des faux.

Pour les marques, ce trafic représente chaque année des dizaines de milliards de manque à gagner.

Le Togo dispose d’une législation destinée à combattre la contrefaçon ; elle est pour le moment peu appliquée et les peines encourues restent clémentes.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Huit milliards pour le balisage

Coopération

Les pistes de l'aéroport de Lomé et de Niamtougou (nord) bénéficieront d'un nouveau balisage l'année prochaine.

Un sport viril qui doit devenir populaire

Sport

Le directeur technique de la Fédération togolaise de rugby (FTR) a lancé mercredi à Sotouboua une campagne de découverte de ce sport.

C'est Bon pour Onomo

Tourisme

Le Groupe hôtelier français Onomo, qui possède un établissement au Togo, annoncé jeudi l’acquisition de plus de 60% de BON Hôtels.

Engagement collectif

Coopération

Le projet AVENIR (Action des Volontaires Européens et Nationaux Investis pour la Résilience) est mis en oeuvre au Togo.