Les produits alimentaires restent trop élevés, selon la FAO

15/11/2009
Les produits alimentaires restent trop élevés, selon la FAO

Les prix des produits alimentaires restent trop élevés dans les pays en voie de développement en dépit de bonnes récoltes de céréales cette année, et 31 pays ont besoin d'une aide d'urgence, a averti la FAO.

"Pour les populations les plus pauvres des pays en voie de développement, qui dépensent jusqu'à 80% de leur budget pour l'alimentation, la crise des prix des denrées alimentaires n'est pas encore terminée", a indiqué Hafez Ghanem, directeur général-adjoint de la FAO (Organisation des Nations unies pour l'Alimentation et l'Agriculture).L'investissement dans l'agriculture des pays en voie de développement devrait être une "priorité mondiale", a-t-il ajouté.

"Bien que les prix des denrées alimentaires aient baissé de manière significative depuis les sommets atteints il y a quelques années, les prix du blé et du maïs ont monté en octobre et le prix du riz à l'export est encore bien au-dessus de celui d'avant la crise", selon le rapport de la FAO sur la situation de l'alimentation et les perspectives de récoltes.

La FAO organise un sommet sur la sécurité alimentaire à Rome à partir de lundi ; sommet auquel prendra part le président du Togo, Faure Gnassingbé.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

La chanson de Bella Bellow résonne puissamment

Culture

'Blewu' de l'artiste togolaise Bella Bellow a rythmé les cérémonies de commémoration du centenaire de l'armistice dimanche à Paris.

D1 : nouveau leader

Sport

Sara FC de Bafilo a pris la tête du championnat de D1 à l’issue de la 7e journée disputée dimanche.

Faux médicaments : 85 tonnes saisies au premier trimestre

Santé

Les chiffres à eux seuls donnent une idée de l’ampleur du problème. Plus de 85 tonnes de médicaments contrefaits ont été saisis au premier trimestre 2018.

Savoir doser la prise d'antibiotiques

Santé

L’emploi inapproprié et massif des antibiotiques allié au manque d’information des médecins contribuent au développement de la résistance microbienne.