Mieux contrôler le secteur informel

03/09/2009
Mieux contrôler le secteur informel

Au Togo, comme partout ailleurs en Afrique, le secteur informel se développe dans l'anarchie et dans l'opacité la plus totale. Essentiel à la machine économique, créateur d'emplois, il échappe néanmoins à toute fiscalité, ce qui ne fait pas l'affaire du Trésor public. Selon les chiffres obtenus auprès du ministère de l'Economie, le business informel contribuerait à hauteur de 44% du PIB national et emploierait  85.000 personnes.

Les autorités n'entendent pas le freiner ; elles souhaitent simplement l'organiser et mieux le contrôler.C'est l'objet d'une réunion qui s'est ouverte mercredi à Lomé sous les auspices du ministère du Commerce et de la Promotion du secteur privé.

Des représentants du secteur informel ont été invités par le ministre, Guy Lorenzo, à mettre en pratique les principes de l'entreprise moderne adoptant une comptabilité simplifiée.

« Le gouvernement considère les acteurs du secteur informel comme des partenaires précieux pour l'économie nationale qu'il faut encadrer, organiser et assister en vue d'assurer leur ascension », a déclaré M. Lorenzo.

Selon une étude menée par la direction nationale de la statistique et de la comptabilité nationale, ce secteur a généré en 2001 (derniers chiffres connus), une valeur ajoutée de 426 milliards de Fcfa.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les gros bras ne font plus les malins

Faits divers

La police a appréhendé huit personnes qui faisaient partie d’un réseau de ‘gros bras’ chargé d'intimider des vendeurs ou des acquéreurs lors de litiges fonciers.

Le cartable magique de Victor Agbegnenou

Diaspora

Le Club diplomatique de Lomé accueillait mardi soir le franco-togolais Victor Agbegnenou, concepteur du cartable numérique.

100 milliards décaissés en 10 ans

Développement

L'Agence nationale pour développement à la base (ANADEB) a pour mission de sortir les plus fragiles de la misère.

Achats en toute sécurité

Tech & Web

Il y aura bientôt autant de sites marchands que d’habitants au Togo.