Mieux contrôler le secteur informel

03/09/2009
Mieux contrôler le secteur informel

Au Togo, comme partout ailleurs en Afrique, le secteur informel se développe dans l'anarchie et dans l'opacité la plus totale. Essentiel à la machine économique, créateur d'emplois, il échappe néanmoins à toute fiscalité, ce qui ne fait pas l'affaire du Trésor public. Selon les chiffres obtenus auprès du ministère de l'Economie, le business informel contribuerait à hauteur de 44% du PIB national et emploierait  85.000 personnes.

Les autorités n'entendent pas le freiner ; elles souhaitent simplement l'organiser et mieux le contrôler.C'est l'objet d'une réunion qui s'est ouverte mercredi à Lomé sous les auspices du ministère du Commerce et de la Promotion du secteur privé.

Des représentants du secteur informel ont été invités par le ministre, Guy Lorenzo, à mettre en pratique les principes de l'entreprise moderne adoptant une comptabilité simplifiée.

« Le gouvernement considère les acteurs du secteur informel comme des partenaires précieux pour l'économie nationale qu'il faut encadrer, organiser et assister en vue d'assurer leur ascension », a déclaré M. Lorenzo.

Selon une étude menée par la direction nationale de la statistique et de la comptabilité nationale, ce secteur a généré en 2001 (derniers chiffres connus), une valeur ajoutée de 426 milliards de Fcfa.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

A la COP25, le Togo veut faire entendre sa voix

Environnement

Arzouma Naman-Yerima, la présidente du RFUD, est à Madrid où elle participe à la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques COP25.

Culture de la diplomatie

Culture

Profitant de sa visite de travail de 24h au Togo, le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, a visité jeudi soir le Palais de Lomé.

L'Allemagne auprès des nouvelles municipalités

Coopération

La maire d’Atakpamé, Florence Kouigan, a reçu mercredi la visite de l’ambassadeur d’Allemagne, Matthias Veltin.

Tigre de papier

Faits divers

Des scènes d’une rare violence contre les forces de sécurité se sont produites fin novembre à Lomé et à Sokodé.