Paix sociale en zone franche

01/09/2009
Paix sociale en zone franche

Gérer les conflits sociaux -si possible les éviter- et développer un esprit de médiation, tels sont les thèmes sur lesquels planchent depuis lundi le personnel travaillant en zone franche. Un atelier ouvert par Léopold Gnininvi (photo), le ministre de l'Industrie, de l'Artisanat et des Innovations technologiques, et par son collègue en charge du Travail, Nicoué Brouhm.

Objectif : promouvoir le dialogue social au sein des entreprises de la zone franche qui compte 59 entreprises et 9043 employés.La zone franche est l'un des secteurs les plus productifs du Togo. Le gouvernement, en partenariat avec le bureau international du travail (BIT), souhaite professionnaliser davantage ce secteur et y promouvoir un climat social apaisé afin de le rendre plus dynamique et plus compétitive l'activité commerciale et industrielle.  

« Il doit exister une entente mutuelle constante entre les entrepreneurs et leurs employés », explique M. Gnininvi. Même tonalité chez Nicoué Brouhm : « Nous voulons promouvoir des négociations permanentes, un dialogue social franc et objectif entre le personnel et les employeurs de la zone franche afin de garantir une meilleure productivité et prévenir les conflits sociaux», explique-t-il.

Les travaux s'achèveront mercredi.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les gros bras ne font plus les malins

Faits divers

La police a appréhendé huit personnes qui faisaient partie d’un réseau de ‘gros bras’ chargé d'intimider des vendeurs ou des acquéreurs lors de litiges fonciers.

Le cartable magique de Victor Agbegnenou

Diaspora

Le Club diplomatique de Lomé accueillait mardi soir le franco-togolais Victor Agbegnenou, concepteur du cartable numérique.

100 milliards décaissés en 10 ans

Développement

L'Agence nationale pour développement à la base (ANADEB) a pour mission de sortir les plus fragiles de la misère.

Achats en toute sécurité

Tech & Web

Il y aura bientôt autant de sites marchands que d’habitants au Togo.