Toujours pas d’accord à Doha

08/12/2012
Toujours pas d’accord à Doha

Les négociations de l'ONU sur le changement climatique se poursuivaient samedi matin à Doha, au lendemain de la date prévue pour la fin des travaux. Aucun accord n'était attendu "avant au moins plusieurs heures", a indiqué un négociateur européen.

"On n'attend pas d'accord avant au moins plusieurs heures", a dit le délégué, qui a requis l'anonymat, au terme d'une longue nuit de consultations. Ces discussions n'ont pas permis de débloquer certains dossiers très épineux dont celui de l'aide financière réclamée par les pays du Sud pour faire face aux effets du réchauffement du globe.

Une grande séance plénière, rassemblant les délégations des quelque 190 pays présents depuis le 26 novembre à Doha, devait s'ouvrir en tout début de matinée pour faire le point des négociations. La conférence de l'ONU devait en principe se terminer vendredi.

Les pays du Sud ont réclamé 60 milliards de dollars d'ici 2015 pour faire la transition entre l'aide d'urgence de 30 milliards de dollars décidée pour 2010-2012, et la promesse des 100 milliards par an d'ici 2020.

Les grands pays bailleurs de fonds ont refusé de s'engager sur une telle somme. Les négociateurs tentaient de trouver une formule rassurant les pays en développement sur le fait que les pays du Nord rempliraient leurs engagements, mais les Etats-Unis étaient, au coeur de la nuit, très réticents à toute mention trop contraignante.

Le Togo est représenté à cette conférence par Dédé Ahoéfa Ekoué (photo), la ministre de l’Environnement.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Aklesso Atcholi élu à la vice-présidence du Parlement de la Cédéao

Cédéao

Aklesso Atcholé, président du groupe parlementaire UNIR, a été élu 3e vice-président du Parlement de la Cédéao.

Le corps médical à son tour touché par le covid

Santé

Trois médecins et un infirmer ont été testés positifs au coronavirus.

Un Doctolib à la togolaise

Santé

Il faut éviter l’affluence dans les hôpitaux et les cliniques afin de stopper la propagation du coronavirus.

Une population jeune est un atout face au virus

Santé

La population relativement jeune du continent africain devrait constituer un facteur atténuant à la pandémie.