L'UFC hors-cadre

05/06/2009
L'UFC hors-cadre

« Duplicité, mauvaise foi, coup de force du régime RPT ». Les termes sont peu diplomatiques pour dénoncer la nomination par le Conseil des ministres des membres du Cadre permanent de dialogue et de concertation (CPDC). L'UFC, le parti dirigé par Gilchrist Olympio, refuse de « cautionner ce nouveau coup de force ». La formation d'opposition souhaite toutefois poursuivre les négociations politiques dans le cadre de l'APG (accord politique global) signé en août 2006.

Dans un communiqué signé par Patrick Lawson (photo), le vice-président du parti, l'UFC « demande au chef de l'Etat de rechercher ensemble avec le CAR (l'autre parti de l'opposition parlementaire, ndlr) et l'UFC, les voies et moyens permettant de poursuivre et de parachever les négociations déjà entamées avec le RPT et le gouvernement sur les réformes constitutionnelles et institutionnelles ».« Le CPDC est chargé de créer, par un dialogue permanent, les conditions de stabilité et de consolidation des institutions républicaines autour des questions d'intérêt national et des principes démocratiques et républicains, notamment la constitution, la charte des partis politiques, le code électoral et la régularité des scrutins (…) », indique le texte officiel.

Les membres, nommés le 27 avril, dernier sont anciens ministres, enseignants, chercheurs, avocats, syndicalistes et responsables religieux.

Le Togo organisera des élections présidentielles début 2010.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Si tout va bien

Sport

La saison de football pourrait reprendre début octobre, mais le conditionnel est de mise. 

Gracias de nuevo

Coopération

La ‘brigade médicale ‘ cubaine, dirigée par le Dr Miguel Gomez Cruz, a quitté Lomé mercredi après 4 mois d’une mission anti-covid au Togo.

L'eau potable disponible dans de nombreuses régions

Développement

La seconde phase du projet eau et assainissement au Togo (PEAT 2) débutera au mois de septembre.

PCR : What else ?

Santé

A l’arrivée comme au départ de Lomé, les passagers sont tenus d’effectuer un test PCR.